AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
n'hésitez pas à nous soutenir en cliquant sur le top-site ou en laissant un petit mot sur bazzart.
le forum ouvre de nouveau ses portes ! n'hésitez pas à nous rejoindre, plein de scénarios sont à votre disposition.

Partagez | .
 

 I wish have never seen your eyes } Roxanne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
◈ we are the beloved queens.
avatar

› MESSAGES : 973
› AVATAR : evan rachel wood
› PSEUDONYME : marie (wayland)
› DOUBLES : Kira l'animatrice rageuse
› CRÉDITS : shiya + silver lungs
› BANK ACCOUNT : 1182


✰✰✰
› ÂGE: ~ 30 ans
› CARNET DE CONTACT:
› DISPONIBILITÉ: 1/5 rp libre

MessageSujet: I wish have never seen your eyes } Roxanne    Dim 22 Sep - 10:06




i wish have never seen your eyes.


C'était le téléphone qui, ce matin là, était parvenu à sortir Ashley de son sommeil sans rêve. « Papa papa ! Faut que tu achètes des céréales pour quand je reviens on en a plus papa on a plus de céréales papa ! » Encore l'esprit embrumé, il a avait eu la bonne idée d'éloigner le téléphone de son oreille alors que les cris paniqués qu'Abbie se faisaient entendre dans le combiné. Cette petite le tuerait, il en était sur. Bien vite parmi les cris et les gloussements se firent entendre la voix de sa cousine.« Ash ? Oh mon dieu je suis désolé, je lui avais dit de ne pas faire ça que tu devais surement dormir. Elle ne t'a pas réveillée j'espère ? » Elle semblait inquiète de son état, et avait quelque peu raison de l'être. La nuit avait été longue et il lui avait fallut sortir une gamine à peine plus vieille que sa fille d'une voiture en morceaux, ce que lui avait formellement interdit son bosse bien sur. La gamine survivrait, mais l'image était restée fixée dans l'esprit du père tout le long de la nuit. Heureusement pour lui sa tornade avait eu la bonne idée de voler le téléphone de Savi et d'appeler, montrant très clairement qu'elle allait on ne pouvait mieux. « Je.. Non non t'en fais pas, c'est pas grave je ne dormais quasiment pas, tout va bien. Et elle, pas trop pénible ? » « Ta gamine m'épuise, mais elle est adorable alors je lui pardonne. » Un sourire se forma sur le visage du père. Il avait beau râler plus que de raison sur Abbie et son tempérament hyperactif, il n'arrivait pourtant pas à se l'imaginer plus douce. Elle lui était parfaite tel quel. « Ok. Dis lui que je pars faire des courses de suite et qu'elle ne mourra pas de faim aujourd'hui. » Saluant la jeune femme il décrocha avant de se lever, toujours oscillant entre l'éveil et les songes silencieux. Il ne lui fallut pas longtemps pour être prêt et foncer vers le supermarché, déambulant dans les rayons, la tête pleine des souvenirs de la veille. Son métier qu'il adorait pourtant le perturbait de plus en plus. Peu être était-ce à cause de sa fille. Ou peu être à cause de Roxanne. Il préférait ne pas penser à elle et pourtant c'était partout qu'il la voyait. Dans ses pensées son odeur s'imposait comme seul souvenir coriace. Ses yeux li faisaient voir partout la silhouette fine et les yeux sombres de la femme. Que lui avait-il prit que de laisser ses désirs passer avant sa raison ? Elle était partout désormais. Dans les rues, dans les parcs, dans le ciel. Et même dans les rayons du magasin, à en devenir fou. L’hallucination était bien vraisemblable cette fois, à croire qu'il devenait fou. Ce n'est que lorsqu'elle se tourna vers lui et le regarda d'un air surprit qu'il comprit. Il venait de se faire avoir en pleine séance d'admiration.  

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: I wish have never seen your eyes } Roxanne    Dim 22 Sep - 22:11



❖ ❖ ❖
And I am here still waiting
Though I still have my doubts.
LIFEHOUSE,Broken

1 NOUVEAU MESSAGE: HEAVEN WITTER.
L'on se retrouve plus tard dans la soirée, qu'est-ce que t'en dis ? On passera ensemble à l'hôpital par la même occasion. Tiens-moi au courant. xoxo.
Le coeur cognant dans ses tempes, Roxanne relevait son visage tordu par l'agacement de son téléphone vers les différents produits qui lui faisaient face. Durant une longue seconde elle se concentra plus qu'il lui était nécessaire sur un paquet de lessive bon marché à la couverture alléchante. Particulièrement coloré, elle représentait une petite fille qui nageait dans des vêtements, vraisemblablement apparentant à sa mère, tirant à bout de bras un lourd panier en osier qui en contraste à sa fragile silhouette aérienne paraissait immense. Le slogan proclamait fièrement, si l'on devait ce référé à l'excès de point d'exclamassions que la boite de pub avait jugé nécessaire d'utiliser : No longer need moms, it's so easy, everyone can do it ! Ce qui en règle générale lui aurait arraché un sourire, aujourd'hui, la laissa de marbre. Ce n'était ni la bonne heure, ni la journée adéquate. Assaillis par milles et une préoccupation qui harcelait son âme, Roxanne avait été d'une humeur massacrante durant la matinée. Et si ce n'avait pas été pour les longues plaintes dolentes que son estomac s'évertuait de communiquer comme signe de son mécontentement, la jeune institutrice se serait enfouie sous les draps douillets de sa chambre à coucher pour ne plus bouger jusqu'au millénaire prochain. Alors qu'elle déposait l'objet qu'elle avait en main dans son panier et cela malgré le désintérêt qu'elle lui portait, un pressentiment incommodant s'immisça en elle. C'est en se détournant de sa trajectoire première pour retourner sur ses pas et aller changer un paquet de mouchoir, qu'elle préférait mentholé après une brève réflexion, que le découvrir au coin de l'aller ses yeux posé -voir fixement ancré- sur elle. Roxanne refusa de bouger davantage tandis que sa respiration se bloquait au fond de sa gorge. Leurs prunelles s'amarraient l'unes à l'autre l'espace d'un court instant, si bref qu'elle n'en pris pas conscience immédiatement mais, il fut suffisant pour qu'elle se consume sur place. Ses tripes se contorsionnaient en une accablante brûlure, rependant un feu d'angoisse dans ses veines. « Ashley » Susurrait-elle lorsque tout recommença à s'animer. Ses muscles tendus, un frisson dont la nature lui était inconnue traversa son échine en un océan de picotement. Le velouté de l'amertume emplissait sa bouche. « Je pensais ne plus jamais te revoir. J'ai depuis quelques jours l'étrange sensation que tu tentes par tous les moyens de m'éviter. C'est idiot, n'est-ce pas ? » La remarque avait été entonné avec une ironie palpable mais, les chevrotements de sa voix la rendait moins assurée. Presque innocente. Roxie n'avait amorcé aucun mouvement vers sa position préfèrent respecter un certain espace entre leurs corps, encore incertaine de savoir comment elle réagirait à sa proximité. Pour la première fois depuis des années elle était étrangement sensible à chaque détail de son aspect. Ses cheveux sommairement attaché en une queue de cheval lâche qui laissait échapper des mèches rebelles, la tache de peinture rouge qu'un enfant avait fait deux heures plus tôt sur son chemisier blanc, les plis de sa jupe bordeaux. Elle aurait aimé disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
◈ we are the beloved queens.
avatar

› MESSAGES : 973
› AVATAR : evan rachel wood
› PSEUDONYME : marie (wayland)
› DOUBLES : Kira l'animatrice rageuse
› CRÉDITS : shiya + silver lungs
› BANK ACCOUNT : 1182


✰✰✰
› ÂGE: ~ 30 ans
› CARNET DE CONTACT:
› DISPONIBILITÉ: 1/5 rp libre

MessageSujet: Re: I wish have never seen your eyes } Roxanne    Mer 25 Sep - 15:58




i wish have never seen your eyes.


L'humain, malgré ses capacités de réflexions bien plus évoluées que n'importe quel autre animal existant sur la planète, peu parfois avoir l'air diablement stupide, et agir ainsi. Une personne voyant le danger et courant vers celui-ci au péril de sa vie. Un humain oubliant de prendre ses précautions et se retrouvant avec pleins d'emmerdes sur le dos. Un Ashley fixant bêtement la femme de ses rêves et détournant son regard que trop tard, forcément sur d'avoir été prit la main dans le sac. De nombreuses questions s’immiscèrent dans son esprit alors qu'il cherchait un objet sur lequel se concentrer afin d'avoir l'air moins suspect. Un paquet de pâtes bon marché, ça ferait l'affaire. Franchement, qu'allait-elle penser de lui ? Allait-elle se dire qu'il était comme tout ces autres malades, à la suivre et la harceler ? Où bien qu'il l'avait trouvé repoussante, laide, et ne voudrait plus jamais la toucher ? Il n'était ni l'un ni l'autre, mais aller la voir pour le lui expliquer ressemblerait vraiment à la rencontre d'un psychopathe et de sa victime. Merde, pourquoi diable n'avait-il pas pu garder sa braguette ouverte un moment ? Pourquoi avait-il fallut qu'après deux ans à pleurer une relation finie pour de bon, il craque pour une femme fiancée à un légume ? Même si Alfie se réveillait un jour, serait-il vraiment en état de l'aimer comme il le devrait ? Il doutait vraiment de la capacité de celui-ci à la rendre heureuse. N'avait-il pas faillit la tuer dans accident qu'il avait lui même causé ? Ou bien était-ce simplement cette irascible jalousie qui le conduisait à l'instant ? Tout ce qu'il savait, c'est qu'il avait le chic pour choisir des femmes déjà maqués. Et que ça ne finissait jamais bien, jamais. Soudain, son prénom fut prononcé dans le rayon presque vide. Les muscles de son dos et de sa nuque se tendirent immédiatement alors qu'il reconnaissait la douce voix de la brune à ses cotés. Quittant le paquet de nourriture des yeux, il laissa son visage tourné à une expression fermé, un sourire imperceptible et des yeux aussi froids qu'il le pourrait. Il se sentait affreusement mal à l'aise devant elle, un fait qu'il avait du mal à supporter. Ce n'était qu'une femme après tout, non ? Son cœur semblait lui dire le contraire, cœur qui finirait par s'arrêter, le trahissant éhontément. « Mademoiselle Witter. » Ton poli, effacé. Aussi professionnel qu'un employé devant une victime, comme il se devait de l'être. Comme le parfait contraire de ce que son être hurlait sans arrêt. Seulement la pique acerbe de son amante d'une fois parvint à toucher son ego, effet très certainement souhaité par la jeune femme. Son regard bifurqua sur les rayonnages alors qu'il contrôlait sa voix, ses expressions, son corps. « Je ne vois pas de quoi tu parles. J'ai un travail et une famille à faire tourner, je n'ai pas le temps d'aller voir toutes les personnes que j’amène à l'hôpital. Je ne suis de toute façon pas censé entretenir des relations d'amitiés avec mes patients, c'est prohibé par les dirigeants des hôpitaux. Si nous nous attachons d'une quelconque façon à un patient, cela peu altéré notre jugement, nous rendre plus faible et faire de nous de mauvais employés. » Explication concrète, phrase apprise par cœur mais jamais répétée. Première fois qu'il tentait de faire comprendre à une personne qu'il ne devait pas l'approcher. De toute façon, il n'avait pas approché Roxanne n'est ce pas ? Il n'avait fait que lui retirer sa robe, ce n'était absolument pas la même chose. Bordel, mais que lui avait-il prit ? « Et ton fiancé, comment va-t-il ? Les médecins savent-ils quand il se réveillera ? » Il lança un coup d’œil vers elle avant de retourner à ses pâtes. Comme le salaud qu'il déniait être, il avait été à l'hôpital s'assurer que l'autre bel au bois dormant ne se réveillerait pas de si tôt. La savoir de retour dans ces bras lui donnait de l'urticaire, rien que d'y penser. Mais la politesse passait avant. Elle passait toujours avant. « Je pense que tu devrais le changer d'hôpital, le mettre dans une clinique spécialisé pour les patients dans le même cas que lui. Il y en a une bonne à Monroe et elle n'est vraiment pas cher. Ici tu perds ton temps, et ton argent. » Attrapant finalement le premier paquet venu, il le tendit à la brune, posant finalement son regard dans les prunelles de Roxanne, fixant les points dorés qui avaient retenus son attention ce jour là, dans la salle de repos. « Bientôt tu ne pourras pas même te payer un paquet de pâtes bon marché, réfléchis-y vite. » Le message presque inconscient était clair. Fuis, ou je me consumerait pour de bon. Et ce ne sera pas beau à voir.

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: I wish have never seen your eyes } Roxanne    Jeu 26 Sep - 17:37



❖ ❖ ❖
all that i'm asking for is that you need nothing more
and nothing comes in between, our love and it's fragile, see.
Lifehouse, All That Im Asking For.


Le revoir était une souffrance. Son coeur la martelait d'une litanie qu'elle espérait faire disparaitre dans un ultime effort que son âme brisée s'évertuait à déployer tandis que son être se parait d'amertume. L'absurdité de la situation n'en était que plus pénible par sa nature incommode. Qu'était-il advenu d'eux ? Où s'était envolé les longues discutions enflammées qu'ils partageaient la nuit tombée, lorsque la lune les observait jalousement à travers les vitres, les baignant dans une atmosphère paisibles. Tellement sereine qu'ils semblaient à l'abri des coups du destin. Le regard plongé dans celui de l'autre, s'abreuvant des mots qu'ils soufflaient dans la pénombre, leurs mains inconsciemment fermement liés autour de la même tasse de café. Ashley avait éradiqué la peur. Cette ignominie qui s'était sournoisement infiltré dans son sang, l'infectant, la soumettant à ses volontés. Replié sur elle-même, éperdument seule dans un univers qui grouillait d'individu pressés, agités, qui se bousculaient sans se voir. Elle avait retrouvé l'enfant perdu qu'elle était, un peu oubliée par l'univers et au milieu de cette masse agitée il l'avait vu. Il l'avait réellement regardé, elle, dans son intégralité. Cela avait été comme de se réveiller d'une torpeur qui ankylosait ses membres. Un picotement si désagréable qu'il donnait envie de rester immobile mais, acculé, il nous obligeait à donner le meilleur de nous-même. L'oxygène qui se déposait dans sa gorge lui brûlait la trachée lorsque le souvenir de ses mains contre sa peau se fit vivant. Roxanne était plongée en pleins songe, la vision restreinte par ses yeux embués et Ashley l'avait réveillé. Il lui avait révélé la beauté que cachait le monde. D'une certaine manière il lui avait, aussi paradoxale que cela pouvait sembler, permis de retrouver l'espérance de jours meilleurs. L'importance des petits moments que nous offrait l'existence. C'était une exaltation qui gonflait son coeur, aujourd'hui balayé par son attitude détachée. Presque ennuyée. « Tu n'es pas censé entretenir de relations personnelles avec tes patients. » Répétait-elle quelque peu incrédule avant d'éclater d'un rire bruyant. Il était sec, rapide, mué par sa frustration. Nerveusement elle passait sa main droite dans sa nuque, allant jusqu'à faire craquer l'os, elle penchait sa tête vers l'arrière. Les yeux accroché au plafond qui se trouvait au-dessus d'eux, il était comme le reste de la bâtisse, un peu abimé mais, très propre et des fils électriques pendaient de part et d'autres sans que cela ne soit gênant au vu de la hauteur où ils se trouvaient. Le souffle lui manquait. « Je ne suis plus une patiente de l'hôpital depuis des mois Ashley et je ne vois pas en quoi l'impartialité ou non d'un ambulancier influerait son travail lorsque la victime se trouve déjà dans l'enceinte de la clinique. » Dit-elle sa petite voix perdue dans les aigus tandis qu'elle amarrait son regard sur son visage. L'espace d'une seconde Roxie fut déstabilisée par le pli de ses lèvres rosées, ce petit espace qu'elle n'avait que trop longuement savouré la douceur. « Je me suis peut-être méprise sur tes intentions et, dans une démarche certainement purement professionnelle de ta part, ce bref instant de passion que nous avons partagés dans la salle de repos n'avait pas la même signification pour toi que pour moi. » Sa langue claquait contre son palet alors que ses lèvres s'humidifiaient de cette tristesse qui se teintait de colère. Les larmes aux coins de ses yeux la démangeaient, incendiaient sa peau, et dans un battement de cils elle les fit disparaître. « C'est fâcheux tout de même, tu aurais dû me prévenir lorsque tu as retiré mon chemisier qu'en réalité tu t'efforçais simplement de vérifier mes constantes vitales. » Cela lui fit moins de bien qu'elle l'espérait. Alors qu'il l'avait tenu à l'écart durant des semaines usant avec elle de stratagème aussi ridicule qu'insultant maintenant, Roxanne n'arrivait pas à le détester lui. Elle exécrait son attitude, son caractère buté, son incapacité à vouloir faire face à la situation et la sienne d'inaptitude à lui résister. Néanmoins, chaque fibre de son corps tremblait à l'idée de le toucher encore une fois. De humer à nouveau le parfum musqué, un peu poivré, de sa peau, juste au creux de son cou. Ce même endroit où elle s'était lovée. Un coup en plein cœur. Durant une jeunesse naïve et affligeante il lui était arrivé de se perdre dans des songes qui n'avaient qu'une apparence enjôleurs. Ses traits tordus par l'acidité de ses remarques acerbes Roxanne redoutaient la violence de son esprit embrouillé de sensation. L'ambulancier avait cette capacité de faire ressortir ce qu'elle avait de mieux en elle mais, également le pire. Comme si la demi-mesure n'existait pas entre eux, isolés dans un audacieux ballet qui régissait leurs joutes verbales. Elle le haïssait comme jamais elle n'avait été capable d'haïr auparavant alors qu'il se muée en victime devant ses yeux, elle l'abhorrer d'autant plus qu'elle se savait capable d'éprouver l'once d'un ressentiment. Un geste de sa part, aussi infime pouvait-il être, et c'était avec un certain plaisir inavouable qu'elle se serait jetée dans ses bras. « Ne parle pas de lui avec autant de désinvolture. » Soufflait-elle entre ses dents serrées. « A vrai dire, je préférerais que tu ne parles pas du tout d'Alfie, jamais. » Sèchement ses doigts se refermaient sur le paquet de pâte qu'il lui tendait toujours. C'est avec une attention particulière qu'elle évita de rentrée en contact avec le plus petit centimètre de son épiderme. Ses prunelles n'étaient plus que deux obsidiennes enflammées par la trahison. Car, dans cette bourrasque d'émotion, ce qui prédominait était le sentiment d'abandon que le rejet du garçon provoqué en elle. Roxanne avait envie d'une seule et unique chose, aller se réfugier sous les draps de son lit et y verser toutes les larmes que son corps pouvait retenir pourtant, être adulte, c'était faire face aux situations même lorsque ces dernières risquaient de vous terrasser. « Tu sais Ashley, tu ne peux pas t'adresser à moi avec une telle froideur et l'instant d'après te parer d'une fausse sollicitude. Ce n'est pas si simple. Que devrais-je te dire maintenant ? Te remercier de ton conseil ô combien avisé, de ta ô grandeur d'esprit puis disparaître derrière un rayon avec la promesse muette que je ne réapparaîtrais plus ? » Ce moquait-elle alors que sa voix chevrotait, tremblante d'un chagrin qu'elle fatiguait à retenir. « Qu'essayes-tu d'accomplir exactement, me blesser suffisamment pour que je sois à l'avenir incapable de poser à nouveau mon regard sur toi ? Félicitations, tu es sur la bonne voie. Satisfait ? » La voix de Roxanne se brisa mais, les larmes ne vinrent pas, toujours prisonnière de ses yeux. Son souffle était altéré par les battements de son coeur agité tandis qu'elle se demandait pourquoi fallait-il que ce soit si douloureux de l'aimer...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I wish have never seen your eyes } Roxanne    

Revenir en haut Aller en bas
 

I wish have never seen your eyes } Roxanne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AROUND THE BONFIRE :: ... And for memory :: Les rps-