AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
n'hésitez pas à nous soutenir en cliquant sur le top-site ou en laissant un petit mot sur bazzart.
le forum ouvre de nouveau ses portes ! n'hésitez pas à nous rejoindre, plein de scénarios sont à votre disposition.

Partagez | .
 

 where did i go wrong, i lost a friend /with madison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
◈ we are the beloved queens.
avatar

› MESSAGES : 973
› AVATAR : evan rachel wood
› PSEUDONYME : marie (wayland)
› DOUBLES : Kira l'animatrice rageuse
› CRÉDITS : shiya + silver lungs
› BANK ACCOUNT : 1182


✰✰✰
› ÂGE: ~ 30 ans
› CARNET DE CONTACT:
› DISPONIBILITÉ: 1/5 rp libre

MessageSujet: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Lun 23 Juin - 23:32




where did i go wrong, i lost a friend.


L'air doux entrant par sa fenêtre grande ouverte. L'eau fraîche coulant contre ses doigts fins. L'odeur entêtante des fruits qu'elle lavait dans l'idée d'en faire un dessert mémorable, comme avant. Il lui semblait s'être écoulée une éternité depuis la dernière fois où elle s'était posée tranquillement dans sa cuisine, à préparer divers mets pour le simple plaisir de ses sens. De ceux de Will, aussi. Mais Will n'était plus là, et il ne restait à Frankie que son plat vide, ses fruits et les murs pâle de sa nouvelle maison. Ce n'était pas grand, ni luxueux, et plusieurs pièces étaient complètement vides de vie. Mais c'était chez elle et elle seule. Personne pour lui dire quoi faire, pour la juger, pour la haïr. Rien d'autre que ses pommes et sa solitude. Cette maison était silencieuse. Elle la rendrait folle. Jamais la jeune femme n'avait véritablement supporté le silence. Il lui rappelait ces longues heures où son père ne pipait mot, le regard noyé dans son verre. Le silence lui remémorait aussi l'après, cette période où le deuil avait bien faillit la tuer et où plus aucun autre son que celui de son cœur battant la chamade ne s'était fait entendre. Le silence, c'était le souvenir d'un Will rasant les murs en rentrant du travail, tard le soir. Se couchant sans un mot, ne lui adressant pas un regard, la tuant à petit feu. Le silence, elle haïssait ça. Ses mains s'acharnèrent sur les fruits, avant que ses nerfs ne supportent plus l'ambiance pesante de la triste demeure et qu'elle ne lâche tout, essuyant ses mains sur le premier torchon venu avant de se précipiter dans le salon, attrapant au passage la télécommande du téléviseur. Elle l'alluma, monta le son de façon déraisonnable et prit soin de retourner dans sa cuisine sans même faire attention au programme diffusé, désireuse seulement de ce bruit de fond qui l'empêcherait de devenir complètement folle. Alors, sous le bruit parasite d'un quelconque match de hockey, elle se remit à sa cuisine, chassant avec ardeur l'image de Will de son esprit. C'était si dur que d'être femme divorcée. Elle avait passé la moitié de sa vie dans ses bras, et voilà que du jour au lendemain il n'était plus là pour elle. Et que de se savoir détesté de cet être qui avait tant compté lui donnait la nausée. Elle ressentait cette envie de vomir, de se vider les tripes et de tout virer d'un bon coup, de plus en plus souvent à vrai dire. C'était si compliqué que d'être au cœur de cette tempête. Elle se sentait seule. Elle l'était indéniablement. Elle se mit à songer à ses amies, ces femmes qui étaient apparu dans sa vie au contact de Will, ces personnes avec qui elle était devenue amie, elle l'insociable. Soupirant, elle leva la tête vers la fenêtre dans l'espoir d’apercevoir un miracle, quelque chose. Dans l'espoir d’apercevoir de la vie. De le voir, lui. Mais ce fut sur une vision des plus inattendues qu'elle posa le regard pourtant. Ses lèvres s'entrouvrirent sous l'effet du choc alors qu'elle lâchait son couteau. Elle regarda la silhouette remonter l'allée. Elle semblait perdue, déroutée. Frankie dénoua de sa fiche taille son tablier et se dirigea vers la porte d'entrée. Avant même que l'on ne frappe, elle ouvrit la porte, trop surprise pour comprendre. « Madison ? » Sa sœur. Sa petite sœur. Elle se trouvait bel et bien là, devant elle, après cinq ans. Cinq longues années d'un silence qui avait anéanti la plus âgée des deux. Elle avait cru sa sœur morte. Elle l'avait enterrée au plus profond d'elle même. Elle avait fait une croix dessus et avait acceptée sa condition de femme seule. Et voilà que l'autre femme était là, devant chez elle. C'était invraisemblable. « Qu'est ce que tu... Pourquoi tu... comment... » Elle ne parvenait plus à rien, trop perdue dans un non-sens sans nom. C'était du grand n'importe quoi. Mais sa sœur était enfin de retour.

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Mar 24 Juin - 10:44

Frankie ∞ Madison
Madison erra longtemps dans les rues quasiment désertes de Lewisburg. Depuis que le car l’avait déposé, le matin même, sur la place centrale, elle avait d’abord déposé sa maigre valise – avec toutes ses affaires, accumulées ces cinq dernières années – à l’auberge de la ville, puis elle s’était mise en tête de trouver un emploi. Maintenant, elle n’avait plus rien d’autre à faire à part se plonger dans ses souvenirs et chacun de ses pas la ramenait douloureusement en arrière. Une lueur illumina son regard en apercevant l’épicerie, où elle adorait acheter des bonbons en douce, quand elle n’était encore qu’une fillette aux jambes aussi fines que des allumettes. Et l’école primaire, la bibliothèque, le parc… Tous ces lieux qu’elle avait un jour foulé, dans toute la candeur de sa jeunesse. Ils te haïssent. Ils te haïront jusqu’à ta mort. Elle ferma ses yeux baignés de larmes. Cinq ans. Cinq longues années d’absence, loin de ceux qui avaient un jour compté pour elle. Sans donner la moindre nouvelle. Comme un fantôme qui errerait dans le monde des vivants. Tous devaient la croire disparue à jamais, et au fond, n’était-ce pas l’illusion qu’elle avait souhaité donner ? Si elle partait, elle ne risquait pas de faire de mal, à personne. Elle ne voulait pas qu’ils souffrent à cause d’elle. Trop tard.

Et sa sœur ! Sa sœur n’habitait plus avec son mari, William Breckenridge. Frankie et Will, le couple si uni, que Madison admirait en secret, n’existait plus. Et elle n’était pas au courant. Elle n’avait pas été là pour soutenir sa sœur, pour comprendre, pour se battre. Elle débarquait après la bataille avec un goût amer dans la bouche. William lui avait poliment indiqué la nouvelle adresse de Frankie Kingsley et Madison ne s’était pas attardée. La sensation d’étouffer dans un univers qui ne lui appartenait plus. Ce monde n’est plus le mien. Ses pas la conduisirent ainsi jusqu’à la nouvelle adresse de sa sœur mais étrangement, une fois en face, sur le trottoir, elle fut incapable d’esquisser le moindre mouvement. Une certitude s’imposa peu à peu à elle. Frankie ne voudrait pas la revoir, pas après cinq ans, pas après son abandon. Elle le méritait, bien sûr ! Elle l’avait toujours mérité. Mais là, debout face à la maison, elle se demanda comment trouver le courage pour traverser et aller sonner à cette foutue porte. Et que dire, hein ? Que dire sans passer pour une lâche, une idiote, pire encore ? Finalement, après une éternité à ressembler à une poupée de cire, elle s’avança lentement, traversa la route, puis remonta péniblement l’allée. Son âme déchirée lui hurlait de faire demi-tour, de reprendre le prochain car et de repartir loin, plus loin encore que l’Iowa, là où personne ne pourrait la retrouver, jamais. Mais son cerveau n’obéit pas et elle se retrouva devant la porte d’entrée, le cœur battant à tout rompre, ses grands yeux humides, le poing levé pour frapper. Elle n’en eut pas le temps. Au même instant, la porte s’ouvrait sur une silhouette bien connue, sa sœur. Sa sœur qui affichait une mine tellement surprise, ahurie. Elle ne comprenait pas – comprendrait-elle seulement un jour ? Ce qui se passait dans l’esprit embrumé de Madison demeurait un mystère. « Salut, Fran… » souffla-t-elle, tout aussi perdue, un mince sourire légèrement gêné aux lèvres. Elle avait rêvé ce moment pendant des années, elle s’était imaginée quoi lui dire et quoi faire, mais tout se bousculait et elle demeurait plantée là, souriante, toujours. Elle n’avait aucune explication au sujet de son retour. Elle était rentrée comme elle était partie, spontanément, sans réfléchir un seul instant, en prenant seulement quelques affaires et en montant dans le premier bus venu. « Je suis rentrée » dit-elle simplement, comme si ce n’était pas une évidence. Non, pas d’explications. Elle en avait ressenti le besoin cruel mais cela, Frankie ne le comprendrait sûrement pas non plus.

Elle la dévisagea longuement, tâchant d’analyser le moindre trait de son visage, et en conclut que la jeune femme n’avait pas changé. Ses cheveux étaient peut-être plus courts, simplement, mais elle ressemblait toujours à la sœur qu’elle avait connu cinq ans auparavant. « Je suis passée à l’ancienne maison, je… Je ne m’attendais pas à ce que tu n’y sois plus ». Cela lui avait fait un terrible choc, clairement ! Elle peinait à se remettre de cette découverte. William et Frankie, plus ensemble. Bon sang, si elle avait su. Elle se mordilla la lèvre. Non, elle, elle n’avait pas changé. Ou peut-être un peu. Elle était décidée à se rattraper, à être présente maintenant, à ne plus laisser le passé jeter son ombre douloureuse sur le présent. Elle voulait devenir quelqu’un d’autre, quelqu’un de bien, cette fois.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
◈ we are the beloved queens.
avatar

› MESSAGES : 973
› AVATAR : evan rachel wood
› PSEUDONYME : marie (wayland)
› DOUBLES : Kira l'animatrice rageuse
› CRÉDITS : shiya + silver lungs
› BANK ACCOUNT : 1182


✰✰✰
› ÂGE: ~ 30 ans
› CARNET DE CONTACT:
› DISPONIBILITÉ: 1/5 rp libre

MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Mar 24 Juin - 17:45




where did i go wrong, i lost a friend.


Elle aurait finalement voulu rester là dans son océan de solitude plutôt que de voir cette silhouette dans l'année de sa maison. Cette vision lui semblait apocalyptique d'un point de vue sentimentale alors que son cerveau partait en vrille. C'était dingue de voir comme les choses changes à une vitesse terrifiante. Un jour vous êtes à l'école, en train de rire avec votre petit ami. Et l'heure d'après vous découvrez le corps sans vie de votre père, le crane troué d'une balle. Et vous comprenez que tout peu arriver sans prévenir. Le départ de sa sœur, le divorce, les enquêtes qui dérapent, la mort. Le retour d'un vieux souvenir empreint de tristesse et de rage. Frankie n'était pas foutu de comprendre pourquoi elle s'était précipitée vers la porte d'entrée. Elle aurait pu rester là dans sa cuisine à attendre que Madison ne parte de devant sa demeure. Elle aurait pu ouvrir la fenêtre et lui cracher au visage tout le venin accumulé depuis tant d'années. Au lieu de ça elle était partie lui ouvrir, encore trop sonnée par l'image de sa sœur pour ressentir encore une quelconque colère. Elle n'en revenait simplement pas. Elle était là, si jolie. Elle semblait plus adulte soudainement. Elle semblait... Vivante. Elle que tout le monde avait fini par enterrer était bel et bien là, prête à frapper à sa porte. Le souffle coupé, elle l'écouta la saluer. Sa voix même était une découverte, la redécouverte d'une vie jusqu'alors oubliée. Elle avait tout fait pour ne plus penser à sa sœur, à sa voix, à son visage. Et plus elle tentait d'oublier, plus l'image devenait net en son esprit. Alors Frankie avait simplement laissé tomber et avait apprit à vivre avec cette présence toujours plus claire. Une sœur toujours présente au fond de son être, une sœur qui la hantait jusqu'à dans ses rêves. La plus âgée eu un hoquet de surprise alors que l'autre annonçait son retour et malgré tout ce qu'elle pouvait ressentir envers cette femme qui avait osée la laisser seule, elle n'eu qu'une envie. La prendre dans ses bras, la toucher, la serrer contre son cœur. Elle se retint difficilement, agrippant l'encadrement de la porte pour venir la serrer de ses mains fines. Ses phalanges blanchirent, comme son visage. Le ciel lui tombait sur la tête et voilà que les cieux venaient l'achever d'un fourbe coup. Elle avala sa salive, puisant dans ses dernières forces pour trouver les mots qui ne venaient pas. « Qu'est-ce- » Non, c'était impossible. Elle ferma les yeux, baissant la tête et inspirant longuement. L'image de son père, étendu dans son sang. L'image de sa sœur, le jour de son mariage. La dernière fois qu'elles s'étaient vus, en 2009, alors qu'elles faisaient les boutiques et se chamaillaient pour un top. C'était un dernier souvenir pitoyable avait-elle d'ailleurs pensée quelques temps plus tard. L'image de cet appartement vide d'une quelconque vie.  « Tu es partie. » La vérité. L'horrible vérité. Elle n'avait pas été assassinée, enlevé, ni quoi que ce soit. Madison avait fait le choix de partir, de les abandonner, de ne plus donner de nouvelles. Soudainement sa sœur évoqua la maison de leur enfance, cette horrible demeure pleine de cauchemars et de fantômes dans laquelle elle avait vécu si longtemps avec Will. Alors elle y était passée. Si elle se trouvait là alors Will avait surement du lui indiquer l'adresse. Elle savait pour le divorce. En cet instant précis Francesca n'en avait absolument rien à faire de son jugement, de son inquiétude, ni de son mariage foireux.  « Tu es partie. » S'entendit-elle répétée. Ses dernières forces l'abandonnèrent et sa vue se troubla alors que les larmes s'installaient sur son visage. Le soulagement. La peur. La solitude. Tout ce qu'elle avait renfermé tant de temps ne demander qu'à sortir, avec une force de vrai tigre. Sa main vint se poser devant sa bouche alors qu'elle tentait de retrouver son souffle. Sa sœur était là, elle était de retour. Fini la peur, le deuil, l'espoir. C'était l'espoir le plus douloureux. « Pourquoi t'es partie ? Pourquoi t'as fais ça ? Pourquoi ?! » Elle lutta pour ne pas pleurer, regardant la jeune femme en face d'elle. Une parfaite étrangère et sa sœur pourtant. C'était douloureux que de voir à quel point elle avait changée. Qu'avait-elle vécue tout ce temps ? Était-elle heureuse ? Qui était-elle devenue ?   « Qu'est ce que tu fous là ? » Son ton s'était fait plus agressif qu'elle ne l'aurait voulu. Elle essuya ses larmes avant même que celles-ci ne prennent la peine de couler. Et croisa les bras, attendant avec une certaine impatience les excuses de Madison.

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Jeu 26 Juin - 20:11

Frankie ∞ Madison
Frankie, devant elle. Ce n’était peut-être pas cette réaction qu’elle avait espéré, bien sûr. Mais sa grande sœur ne comprenait pas. Comment aurait-elle pu, de toute façon ? Madison n’était pas la femme la plus logique sur terre. Mais le regard de Frankie… Elle ne l’oublierait jamais. Elle y lut d’abord de la surprise, naturellement, puis de l’agressivité. Une colère qui devait déferler dans tout son être et lui donner envie, probablement, de lui exploser le crâne contre le mur telle une pastèque. Elle entendit le son de sa voix résonner dans son esprit. Tu es partie ! Partie… Oui, elle l’avait été. Bon sang, elle avait disparu cinq années et ne possédait même pas une explication rationnelle à ce geste. Si elle racontait la vérité à Frankie, celle-ci le prendrait plus mal encore. Elle souffrirait davantage en sachant que son père bien-aimé, puis sa sœur adorée, lui avaient tour à tour caché l’existence de cette mère aliénée. « Pourquoi… » répéta-t-elle, un sanglot dans la voix. Oui, là était tout le problème. Pourquoi était-elle partie, bon dieu ? Elle se mordit la lèvre pour tenter de se contrôler. Ne pleurs pas ! Arrête, petite idiote ! « C’est pas important, ça. Je suis de retour ! » s’exclama-t-elle avec toute la force du désespoir. Elle arriverait à se contrôler, pour une fois. N’avait-elle pas décidé de changer, d’être une autre Madison ? Une Madison meilleure, sans reproches, une Madison normale. A peu près. Ce n’était pas une réponse, Frankie n’allait pas s’en satisfaire. Madison le savait mais pourtant, elle ne rajouta rien – ne voulait rien rajouter. A part qu’elle était désolée, qu’elle l’aimait tellement, elle aimait sa grande sœur plus que la vie elle-même, mais ça non plus, Frankie ne l’accepterait pas. C’était trop facile…

Son ton devint agressif tandis que les larmes montaient aux yeux de Frankie, elle le voyait bien. Mad ne voulait pas qu’elle pleure, non ! Parce qu’elle ne pourrait pas la consoler, elle n’en aurait pas le courage. Elle demeura sur le pas de la porte, indécise, supportant en silence la question de sa sœur, lui demandant ce qu’elle foutait là. Une question qui la prit totalement au dépourvu. Aucune réponse à apporter, rien. Mais je suis là ! Pourquoi ça ne te suffit pas ? Sa gorge s’assécha. Trouver quelque chose, vite. Quelque chose que les gens  normaux pouvaient dire. « Je me suis dit que… ce serait bien si je rentrais à la maison » Non, peine perdue. Ce n’était décidément pas une réponse normale. « Je sais ce que tu dois être en train de penser mais… Je ne voulais pas partir. Ça s’est imposé à moi, je ne pouvais pas faire autrement… Fran, j’avais pas le choix » tenta-t-elle d’expliquer. Elle n’osait pas croiser son regard larmoyant. Elle aurait plutôt envie de la serrer contre elle, si fort contre son cœur, mais elle ne le fit pas. Dire qu’avant, elles étaient si proches. Aujourd’hui, deux inconnues qui partageaient le même nom et, plus que tout, le même sang. « Je ne voulais pas… » C’était ce qui ressemblait le plus à des excuses, même si elles n’étaient pas formulées clairement. Madison, par fierté peut-être, avait toujours été incapable de prononcer la moindre excuse sincère et directe. Elle n’y parvenait pas. Alors quand elle essayait un minimum, c’était déjà un grand pas d’effectué.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
◈ we are the beloved queens.
avatar

› MESSAGES : 973
› AVATAR : evan rachel wood
› PSEUDONYME : marie (wayland)
› DOUBLES : Kira l'animatrice rageuse
› CRÉDITS : shiya + silver lungs
› BANK ACCOUNT : 1182


✰✰✰
› ÂGE: ~ 30 ans
› CARNET DE CONTACT:
› DISPONIBILITÉ: 1/5 rp libre

MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Ven 27 Juin - 8:22




where did i go wrong, i lost a friend.


Il lui sembla d'un coup que le vide au fond de son cœur se creusa plus encore. Elle qui s'était attendu à ressentir une joie des plus intenses le jour où sa cadette reviendrait enfin dans ses bras avait l'impression d'être au final vidée plus encore d'un peu d'elle même. Comme si sa coquille se fendait pour mettre à vif sa chair déjà blessée. Sa carapace ne tenait plus, elle finirait par craquer. Et Madison et son air innocent. Fran avait envie de la gifler pour lui retirer cet air bien heureux avec lequel elle osait se présenter devant elle. Parce qu'elle n'avait jamais eu aussi peur pour quelqu'un que pour sa petite sœur, et ce depuis toujours. La fusillade, la mort de leur père, la longue absence. Tant de raison de craindre le pire pour la plus jeune des deux blondes. Elle avait détesté les silences de sa cadette avec une tel ardeur qu'il lui était difficile de la trouver encore silencieuse face à elle. Elle ne se souvenait que trop bien des premières nuits, des cauchemars pleins la tête et plus rien d'autre à quoi se raccrocher qu'un Will impuissant face à la détresse de son épouse. La chute avait été longue et difficile, mais au final Francesca s'en était sortie. Et Madison n'avait aucun droit de gâcher ça. « Pas important ? » La phrase de sa sœur lui avait fait ouvrir de grands yeux. Et une soudaine force sembla la traverser. « Tu te fous de moi ? Ça ne peux pas ne pas être important. » Fran, le sang bouillonnant, se retint toutefois du moindre commentaire alors que des larmes tentaient de s'échapper de ses paupières fatiguées. Au lieu de ça elle se contenta de tracer des allers et venus dans son entrée, pas décidé à laisser Madison mettre le pied dans cette nouvelle maison aux murs vides.  Dans des phrases confus la plus jeune tenta de s'expliquer et l'aînée se figea, se tournant lentement vers elle. « Tu ne pouvais pas ? » Sa voix avait baissé de plusieurs tons alors qu'elle murmurait presque, son esprit tournant à mille à l'heure. « Comment ça tu ne pouvais pas... » Ses poings se serrèrent. « Qu'as tu fais petite idiote, dans quels emmerdes t'es tu fourré si profondément que tu doives en fuir ta propre famille ? »  La drogue, la violence, le meurtre. Tout aurait pu arriver après tout. Elle avait pu être enlevé par un petit copain psychopathe. Ou endettée, elle se serait enfuit dans l'idée de vendre son corps au loin de Lewisburg. Peu être n'était-elle qu'une camée ? Des tas de solutions toutes plus farfelues les unes que les autres et pourtant elles étaient les seules possible de justifier le départ de sa sœur. Elle ne supporterait de savoir que son silence n'était du qu'à une envie soudaine. « Entre. » Lui laissant le passage, Frankie attendit que la plus jeune n'entre pour fermer la porte et essuyer les prémices de larmes sur ses pommettes. Elle ne l'aida pas à porter ses minces bagages et parti se chercher un verre dans la cuisine. Elle s'arrêta au dessus de l'évier, indécise. Ferma les yeux, souffla, et attrapa la première bouteille d'alcool à porté de main. Elle qui ne buvait jamais s'était mise à consommer depuis le divorce. L'une des nombreuses tares qu'elle avait héritée de son père. Elle n'avait pas envie de faire face à ça, pas avec sa pleine conscience. C'était trop douloureux.

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Ven 27 Juin - 10:38

Frankie ∞ Madison
Madison était naïve. Elle l’avait toujours été. Certains diront purement à côté de la plaque, mais non. Sa candeur était sincère, de même que son innocence. A vingt-huit ans, le cœur de la jeune femme ne semblait pas encore altéré par toutes les ignominies du monde extérieur et encore aujourd’hui, elle arrivait à pardonner aux autres. Se faire pardonner, ça, c’était une toute autre histoire. Mais elle ne gardait aucune rancœur de la fusillade, aucune douleur. Elle avait pardonné. La seule chose qu’elle redoutait en fin de compte, c’était elle-même. Ne pas réussir à se contrôler, sombrer dans la paranoïa, regretter des actes… Pas folle, pourtant ! Alors pourquoi ? Pourquoi le craindre tellement ? C’était à cause de sa mère. Car elle en avait la certitude, ça pouvait être héréditaire. Et depuis qu’elle le savait, tout avait changé. Alors elle ne craignait que Frankie, en le découvrant, ne s’imagine la même chose, qu’elle aussi, avait hérité des gènes défaillants de sa mère. Alors se taire. Une obsession dans son esprit. Se taire et encaisser en silence. Jusqu’à ce que la mort lui prenne la vie. Comme elle l’avait imaginé, Frankie n’accepta pas sa réponse. Bien sûr que si, c’était important. C’était plus important que tout le reste. Mais Mads se sentait telle une petite fille prise en faute, incapable de formuler la moindre explication devant le regard assassin de sa grande sœur. Eh pourtant ! Frankie n’avait qu’un an de plus. Un an, rien que ça ! Pourquoi la redoutait-elle tellement ? Elle passa sa main dans ses cheveux, signe de stress. L’inquiétude grimpait à chaque seconde car elle s’en rendait compte, revenir avait été une erreur. Elle aurait plutôt dû continuer de faire la morte, tout le monde en aurait été plus heureux. Et la douleur se serait estompée au fil du temps, non ? Frankie aurait fini par penser que Madison n’avait jamais existé. Le fruit de son imagination. Et en revenant, elle remuait le couteau dans la plaie. « Essaie de comprendre, s’il te plaît… » Son ton s’était fait suppliant.

Quand elle l’insulta de petite idiote, son cœur se fendit en deux. Oh ! Frankie aurait pu dire bien pire. Mais malgré tout, c’était douloureux. Insupportable. Elle baissa les yeux. Madison le méritait. Elle était prête à tout endurer et si Frankie voulait s’énerver, l’insulter, la frapper même, elle ne dirait rien. Jusqu’à ce que ça passe. T’as pas le droit de dire ça ! Pas ma faute… Dans quelles emmerdes ? C’était donc ça. Frankie s’était imaginée absolument tout, sauf la vérité. Elle avait songé à tous les scénarios les plus improbables, comme si c’était aussi simple ! Madison prit une profonde inspiration. Ne pas en dire trop, rien qui ne pourrait la compromettre, rien qui ne pourrait blesser sa famille plus qu’elle ne l’était déjà. Mais en dire tout de même. « Parce que j’avais peur » Oui, à l’époque, elle était terrifiée. Par absolument tout ce qui l’entourait. Mais elle aurait été incapable de le reconnaître devant quiconque, alors elle avait préféré être lâche, et leur laisser croire qu’elle était la méchante de l’histoire. C’était peut-être le cas. Qu’avait-elle fait de bien dans sa vie, jusque-là ? A part survivre. Bientôt, le ton de Frankie se durcit quand elle l’invita à entrer. Elle obéit, l’air un peu penaud, en sachant bien que sa sœur le faisait à contrecœur. Que si ça ne tenait qu’à elle, elle l’aurait déjà envoyé en enfer. Elle suivit docilement sa grande sœur à travers la maison, jusqu’à la cuisine. Son regard se posa sur la jeune femme et sa bouteille d’alcool mais elle n’émit pas le moindre commentaire – elle ne se serait jamais permise de faire la moindre remarque. Elle aussi, il lui arrivait de boire. Trop, parfois. Mais ça faisait moins mal comme ça. Ne plus être Madison quelques heures, ça l’arrangeait bien.  « Ecoute, je… Je ne vais pas te déranger longtemps. Je peux… Je peux aller ailleurs ». Elle-même ne savait pas quel était cet ailleurs dont elle parlait. Quelque part à Lewisburg, à l’auberge, chez une de ses connaissances lointaines ? Ou ailleurs, plus loin encore ? Partir aussi vite qu’elle était venue, puisqu’elle n’était pas la bienvenue, pour personne ?

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
◈ we are the beloved queens.
avatar

› MESSAGES : 973
› AVATAR : evan rachel wood
› PSEUDONYME : marie (wayland)
› DOUBLES : Kira l'animatrice rageuse
› CRÉDITS : shiya + silver lungs
› BANK ACCOUNT : 1182


✰✰✰
› ÂGE: ~ 30 ans
› CARNET DE CONTACT:
› DISPONIBILITÉ: 1/5 rp libre

MessageSujet: ss   Sam 28 Juin - 17:12




where did i go wrong, i lost a friend.


Francesca avait mit du temps à faire le deuil de sa relation avec sa cadette. Les murs avaient sombré dans des chutes sans fin, répandant aux alentours des nuages de poussières. Les toits s'étaient effondrés sur des têtes terrifiés. Et des vagues de sanglots avaient fini par tout emporter avec elles. Plus rien dès lors ne subsistait de ce monde où les semblables s'aiment et chérissent leur sang. Son sang à elle était pourri jusqu'à la moelle. Des femmes fragiles et lâches, des hommes faibles et emprunt aux pires démons. Elle n'avait plus été qu'une ombre parmi les ombres, une des nombreuses que l'on s'amuse à appeler orphelin. Elle n'avait plus eu que la famille de son choix, ces personnes sur qui elle comptait pour ne plus jamais l'abandonner. Mais au fond, peu être que l'abandon était la seule finalité de son existence. Peu être était-ce ça, son destin. Que de se retrouver ballottée de cœur en cœur, de bras en bras. Une humaine parmi les humaines dans ce flots infinis d'humains esseulés. Elle avait finie par choisir sa propre solitude et cela lui convenait parfaitement. Elle avait fini par choisir la chute parmi les nuages, celle-ci était tellement moins douloureuse. Personne n'avait le droit de lui retirer ça, pas même cette fille qu'elle avait appelée sœur et qui n'avait plus désormais en commun que de L’ADN et des boucles blondes. Cette fille pour qui son cœur battait pourtant si fort, partagé entre la haine et un indicible soulagement. Elle était en vie et semblait en bonne santé. Elle lui avait été rendue, enfin. Si tard pourtant. Elle semblait trop bien pour que sa sœur ne lui en veuille pas. Elle semblait si sauf. « J'veux pas comprendre Madison. Ça fait cinq ans que j'attend, tes explications arrivent trop tard. »  Elle l'avait laissée entrer pourtant. Preuve que non, Francesca n'était pas capable de foutre son propre sang à la porte pour une raison même aussi grave. On ne laisse pas tomber sa famille, c'était ce que lui avait apprit son père avant de se tirer une balle dans la bouche. Une leçon qui ne l'avait jamais aidée dans la vie. Les insultes sortaient toutes seules ainsi que sa colère. Celle-ci cependant voulait dire tant. Elle se souciait de sa sœur et était reconnaissante au ciel de la lui avoir ramené, même après tout ce temps. Mais bon dieu, ce qu'elle pouvait voir envie de lui passer un savon. Il lui avait semblé alors qu'elle faisait le deuil précoce de sa sœur que plus jamais elle ne serait heureuse à nouveau. Joyeuse, contente, oui. Mais le véritable bonheur ne pourrait pas revenir après cette tragédie. Cette idée s'était révélée fausse quand bien même sa vie n'eut pas été des plus joyeuses. Elle s'était imaginée tant de choses. Viol, enlèvement, assassinat. Drogues, prostitutions, gamins un peu partout alors qu'elle épousait un sale type planqué dans un mobile home en putréfaction. Et voilà que Madison évoquait la peur. Sentant la nausée revenir, Frankie avala longuement le contenu de son verre. Puis celui-ci revint sur le plan de travail dans un choc cristallin. « Peur ? Peur de quoi Madison ? » Elle se tourna vers sa sœur, le regard inquisiteur. « Tu es tombée dans la drogue c'est ça ? Et tu dois de l'argent à un malade ? Je suis flic, je peux gérer ça. » La jaugeant du regard, elle soupira. « C'est autre chose, n'est ce pas ? Tes mains ne tremblent pas et tes pupilles ne sont pas dilatés. Tu es ni sous l'emprise de quoi que ce soit, ni en manque. Maddie, qu'as tu fais ? » Elle se mordit la lèvre avant que sa main droite ne vienne rejoindre son visage à nouveau. Comme un besoin de se réveiller coûte que coûte. « Tu n'iras nul part Madison, il en est hors de question. » Se mordant la lèvre elle lui fit signe du menton vers l'une des chaises de sa nouvelle cuisine. « Assis toi, et raconte moi tout. Je veux tout savoir. Et attention, je saurais si tu me mens. » Elle l'avait toujours su. C'était surement un super truc de super grande sœur. Elle avait toujours su lorsque sa cadette la menait en bateau.

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Lun 30 Juin - 19:35

Frankie ∞ Madison
Les jours et les semaines qui avaient suivi son départ précipité, Madison s’en souvenait bien. Elle s’en était terriblement voulu d’avoir abandonné de cette manière tous ceux qui comptaient plus que tout, mais à l’époque, elle se sentait complètement perdue, tétanisée, affolée. Aucune autre issue. Aujourd’hui, elle savait que partir avait été une erreur. Elle avait mûri, évolué, grandi. Elle voulait se faire pardonner mais c’était peut-être déjà trop tard. Peut-être que la meilleure solution était de tout lui dire, lui raconter absolument tout, mais au nom de quoi ? Mads ne voulait pas faire souffrir sa sœur. Depuis le début, c’était une idée fixe chez elle. Elle baissa les yeux. Oui, bien sûr, les explications arrivaient trop tard, cinq années trop tard ! Mais le temps n’est rien. Face aux liens du sang, le temps ne compte pas, n’est-ce pas ? C’est ce que Madison aimait se répéter, pour se donner du courage. Se donner encore une raison de vivre dans ce fichu monde. Elle ne répondit pas. Ce serait enfoncer le clou, s’excuser indéfiniment ne servait à rien – les excuses n’avaient jamais rien arrangé pour Madison !

Au lieu de cela, elle lui explique brièvement avoir eu peur, à l’époque, et aussitôt, le côté flic de sa grande sœur reprit le dessus, ce qui la fit légèrement sourire. La drogue ! Si ce n’était que ça. Si ce n’était qu’un malade qui la poursuivait, alors Madison aurait su pourquoi. Pourquoi elle était terrifiée dès qu’elle sortait de chez elle, pourquoi son cœur semblait toujours si lourd, comme un terrible poids. Elle aurait su ce qu’elle fuyait. « Non, pas de quelqu’un ! Je n’ai jamais touché à ça, tu le sais, jamais je tomberais là-dedans ! » déclara-t-elle avec fougue, refusant que sa sœur la considère comme une simple toxico de trottoir. Elle était bien plus que ça ! La drogue, cette saloperie. Plutôt crever que de s’enfoncer dans ce cercle infernal. « J’avais peur de moi-même… »  Eh voilà, c’était dit. Aucun retour possible. Pire que tout harcèlement, pire que tout au monde. On pouvait fuir à l’autre bout du monde, on n’échappait pas à sa conscience. Alors comment faire quand son pire ennemi est sa propre âme ? Comment s’en sortir, comment survivre ? Docilement, Madison obéit et s’assit. Regarde-la ! Frankie, si adulte, si éblouissante, si parfaite. Tout ce que toi tu ne seras jamais complètement. Elle ne savait pas quoi dire pour taire le secret de ses parents. Un secret que son père avait caché jusqu’à la fin. S’il s’était donné tant de mal pour que ses filles ne découvrent pas l’existence de leur mère, il y avait une bonne raison ! Préserver l’âme de Frankie. Une sœur brisée, pas deux. « Comment aurais-je pu faire, hein ? J’étais tellement… Je n’en sais rien, en fait, mais… Regarde-moi, Fran, comment aurais-je pu être une bonne mère ? Comment aurais-je pu m’occuper d’un bébé alors que je n’arrivais même pas à m’occuper de ma propre vie ? Elle n’aurait pas pu être heureuse avec moi à côté. Ni elle ni aucun d’entre vous… »  Elle poussa un long soupir. Bien sûr, elle savait ce que sa sœur répondrait. Elle ne le savait que trop bien. Mais elle était sincère, elle avait trop peur de blesser quelqu’un, pas seulement sa fille, Sofia, mais Alec, Frankie, et tous les autres. Quand elle rentrait dans ses colères profondes, ses angoisses, elle avait l’impression d’être une autre. Une autre incontrôlable, dévastatrice. « J’voyais pas comment faire autrement pour la protéger »  avoua-t-elle finalement, en osant à peine croiser son regard.

Madison ne voulait pas se faire passer pour une victime. Elle détestait cette idée, cette idée d’être faible, de ne pas être aussi indépendante qu’elle l’aurait voulu. Mads avait toujours été un peu ailleurs, dans un monde qui lui appartenait. Jamais complètement adulte. Comme si une part de son âme restait désespérément ancrée à ce lointain jour de 1996. Oui, une part d’elle demeurait la fillette de dix ans de jadis, les yeux rougis et le cœur brisé, au milieu des cadavres et du sang sur les murs.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
◈ we are the beloved queens.
avatar

› MESSAGES : 973
› AVATAR : evan rachel wood
› PSEUDONYME : marie (wayland)
› DOUBLES : Kira l'animatrice rageuse
› CRÉDITS : shiya + silver lungs
› BANK ACCOUNT : 1182


✰✰✰
› ÂGE: ~ 30 ans
› CARNET DE CONTACT:
› DISPONIBILITÉ: 1/5 rp libre

MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Lun 30 Juin - 21:50




where did i go wrong, i lost a friend.


Frankie ne pouvait s'empêcher de fixer sa petite sœur. Malgré les quatre années passées loin d'elle elle semblait inchangée. En un sens l'aînée l'avait toujours jalousée. Madison ressemblait tant à leur mère, du moins ce que Fran en avait vu sur de vieux clichés. Alors qu'elle, elle était une pâle copie de ce père disparu onze ans auparavant. Onze années, un chiffre qui la choqua au fur et à mesure que l'idée d'autant de temps la traversait. Elle avait jusqu'alors tentée de ne pas penser à cette vie pré-William. Le constat était saisissant. Onze ans qu'elle était orpheline déjà. Onze ans qu'elle avait cessé de pleurer. Les excuses de sa cadette ne servait plus à rien désormais. Frankie s'était faite une idée de la situation, elle savait ce qu'elle souhaitait penser de tout ça et ce qu'il adviendrait au final de ce lien qu'elles avaient. C'était tout tracé, ça paraissait si logique. Elle laissa entrer sa sœur dans cette nouvelle intimité trouvée à la va vite entre deux disputes avec son ex mari concernant leurs biens. Il avait gardé la maison, elle n'en voulait plus. Elle avait emporté les souvenirs trop précis, il ne les avaient pas supportés. Ils s'étaient bataillés pour le reste comme tout bon couple en instance de divorce. Et il ne restait plus à la jeune femme que cette maison triste. Où Madison pouvait-elle bien dormir quant à elle ? Frankie n'en avait pas la moindre idée. Chez un ex, une amie, un parent. Qui sait, la ville était grande. Et plus le temps passait, et plus l'aînée Kingsley comprenait à quel point elle ne savait rien de sa sœur. Sinon elle aurait pu l'arrêter, quatre ans auparavant. Elle aurait pu comprendre ce qui se déroulait dans l'esprit de Madison, et elle l'aurait aidée. La vigueur des mots de Madison alors qu'elle niait une quelconque addiction rassura Frankie qui se tourna à nouveau vers sa sœur, la sondant du regard. Elle disait vrai, un soulagement pour l’aînée. « C'est bon, je te crois. Tu ne serais pas assez bête pour te pourrir le corps ainsi. » L'autre révélation de sa cadette la fit tiquer cependant. En quoi Madison aurait-elle pu se faire peur à soi même ? C'était stupide que de penser ainsi. Certes son gout pour les baroudeurs et ses fréquentations masculines n'étaient pas du meilleur gout mais enfin, elle n'était pas bien dangereuse comme fille. Les bras croisés Frankie attendit plus d'explication alors qu'elle ne comprenait pas où Maddie voulait en venir. Jusqu'à ce que sa sœur ne débute son récit, faisant peu à peu pâlir l'aînée qui sentait son esprit désemparé prendre le large au fil des mots. Elle retint son souffle jusqu'aux dernières syllabes, appuyée contre le plan de travail, avant de regarder sa sœur. « Pardon ? » Elle ne revenait pas de ce qu'elle venait d'entendre. C'est de ces insécurités de mère qu'il était question alors ? Elle n'avait pas été foutue de rester et de se battre à cause d'un bébé ? L'idée même était terrifiante aux yeux de Fran. Si un enfant pouvait vous faire faire de tel choses alors elle n'en voulait pas. En cet instant elle plaignait sa nièce. « Tu n'es qu'une gamine irresponsable Madison. On ne fait pas des enfants pour les abandonner au premier pépin merde ! » La colère était revenue alors que l'image parfaite de sa sœur se fissurait, révélant à ses yeux un masque de lâcheté hideux. « Tu aurais du m'en parler, ou en parler à Alec au lieu de t'enfuir comme une voleuse. Tu as foutu en l'air la vie de cette gamine Maddie. Tu sais ce que c'est que d'avoir grandit sans mère pourtant ! Et tu lui as tout de même infligé ça ? » Elle n'arrivait pas à comprendre. Elle avait beau chercher, aucune explication rationnelle ne venait. Madison avait été trop loin cette fois-ci.

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Mar 1 Juil - 23:03

Frankie ∞ Madison
Madison s’attendait à tout, sauf à cette réaction de la part de sa sœur. L’emportement de Frankie, son agressivité, elle l’avait oublié. Effacés, les mauvais côtés, elle ne se rappelait que des bons. Au moins, la jeune femme la croyait quand elle parlait de la drogue. Non, Mads ne se droguait pas, elle ne se droguait jamais. Pas plus qu’elle ne fumait, car la fumée de clope lui donnait la nausée. Bien sûr, il lui arrivait de boire. Comme sa sœur. Et comme leur père avant elle. Dans les gènes, à ce qu’il paraît. Mais à ce niveau-là, elle savait être raisonnable, sauf durant son adolescente tumultueuse, elle n’avait jamais fini ivre au point d’imiter l’otarie sur le parquet. Déjà fort à faire quand elle était sobre, inutile de se mettre minable en plus. Ainsi, de plus en plus, Mads parlait. Elle avait l’impression d’être au pied du mur, de ne plus avoir le choix, d’en être forcée. Comme si sa sœur ne la laisserait pas repartir tant qu’elle ne racontait pas pourquoi. Pourquoi elle était partie en abandonnant ses proches, pourquoi elle avait tout mis de côté. Alors que bon sang ! Il n’y avait pas de réponse rationnelle, elle se le répétait en boucle depuis son arrivée. Jamais elle n’expliquerait son geste soudain. A part peut-être en mettant en cause la folie d’une mère oubliée.

Ses lèvres tremblèrent quand elle entendit résonner les paroles de Frankie dans son esprit. Gamine irresponsable ! Son corps tout entier fut secoué de frémissements incontrôlables. Bien sûr, elle le savait, oui. Mais l’entendre de la part de sa grande sœur, son modèle, ça lui fichait clairement un coup au moral. Chacun de ses mots s’enfonçait dans sa chair comme mille épées qui viendraient transpercer son misérable petit cœur. Idiote, lâche,  tu ne mérites même pas d’être ici ! « Tu n’as pas le droit de me dire ça, tu… Tu n’as pas le droit ! » tenta-t-elle de se ressaisir, ne voulant pas paraître faible ainsi devant Frankie. Frankie qui la maudissait déjà suffisamment. « Tu crois que je ne le sais pas ? Que ça ne me hante pas tous les jours ? J’ai abandonné Sofia et j’te jure, je le regrette, je le regrette tellement… » Sa fille. Elle n’avait pas vu grandir sa propre fille pendant cinq années par égoïsme, par lâcheté, par tout à la fois. Son comportement la révulsait. Elle se haïssait d’être cette personne, bien malgré elle. Une bonne personne qui avait fait de mauvais choix, à un moment ou un autre de sa vie. Elle l’entendit ensuite lui cracher à la figure qu’elle avait gâchée la vie de Sofia en la privant de mère. « Mais parce que si j’étais restée ça aurait été encore pire ! Fran, tu ne comprends pas… J’avais trop peur de ne pas être à la hauteur, de… de lui faire du mal. Je ne pouvais pas prendre le risque ! » Elle la dévisageait franchement, son regard bleuté plongé dans celui de sa sœur. Lui dire la vérité semblait trop difficile. Pourtant, tôt ou tard, cette vérité tomberait. Que ce soit aujourd’hui ou demain. Mais peut-être que dans le fond, c’était cela que Madison recherchait. En parler à quelqu’un, n’importe qui, pourquoi pas à sa sœur qui en souffrirait indubitablement. Sa sœur souffrirait et elle, son âme serait sauvée. Vérité cruelle. Mais son âme en serait peut-être un jour apaisée.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
◈ we are the beloved queens.
avatar

› MESSAGES : 973
› AVATAR : evan rachel wood
› PSEUDONYME : marie (wayland)
› DOUBLES : Kira l'animatrice rageuse
› CRÉDITS : shiya + silver lungs
› BANK ACCOUNT : 1182


✰✰✰
› ÂGE: ~ 30 ans
› CARNET DE CONTACT:
› DISPONIBILITÉ: 1/5 rp libre

MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Ven 4 Juil - 12:18




where did i go wrong, i lost a friend.


C'en était trop pour Francesca. S'imaginer le cœur de cette gamine, brisé comme l'avait été le sien à la mort de leur mère. Sofia en avait tant bavé. C'est à ce moment qu'elle se rendit compte de la famille déplorable qu'elle faisait. Elle ne s'était pas vraiment occupé de l'enfant, elle n'avait pas même chercher à faire partie de son éducation. C'était l'enfant de Madison et d'un autre, ça ne la concernait pas. C'était pitoyable, mais c'étais ainsi. Et l'alcool ingurgité ne faisait pas d'effet alors qu'elle sentait le regard de Madison sur elle. Maudit monde dans lequel elle vivait. Elle détestait tout ça, les sensations et les sentiments, l'humanité. Elle détestait avoir à gérer cette partie insurmontable de soi même. Elle en était forcé cependant. Parce qu'elle était humaine, parce qu'elle avait ce devoir d'être un être réfléchi et aux sentiments forts.  Certes c'était bon de revoir sa soeur. Et par tout les dieux ce qu'elle pouvait vouloir la serrer contre son corps à cet instant précis. Mais elle n'en avait pas le droit, bloquée par une force invisible lui interdisant tout mouvement. Madison avait vécu sa vie sans faire de conneries, c'était un plus. Parce que Frankie n'aurait pas supportée l'id"e d'un corps à l'abandon, d'une existence bafouée pour quelques minutes de bonheur intense. Pouvait-on seulement appelé sa du bonheur ? Elle en avait vu, des gens heureux de cette dépendance. Elle les avaient vu ramper en suppliant pour la moindre foutu dose de paradis. Et leur vie était devenu un enfer. Elle ne souhaitait ça à personne, pas même à cette sœur qui l'avait abandonnée du jour au lendemain. Elle avait été si inquiète pour ce bout de femme qui partageait son sang et ses souvenirs. Ses mots avaient été forts et elle en regretta les sens. Cependant elle ne les retira pas, regardant la femme face à elle. Les mots de Madison la firent frissonner. Bien sur que si, elle avait tout les droits. Elle était sa sœur, sa seule famille, elle se devait de s'occuper d'elle. Elle était la seule capable de la protéger contre ce foutu monde qui allait les rendre folles. « Tu n'aurais pas du partir. Tu as tout raté Madison. Tu sais à quel point ça compte. » Elle était obligée de le savoir. Elles avaient grandit sans mère et le vide s'était fait sentir. Moins d'amour, de tendresse et de douceur. Frankie avait du apprendre à être femme sans mère, à aimer sans mère, à grandir sans mère. Et quand bien même Sofia n'eu pas été si âgée, c'était ses années d'apprentissages et de découvertes de son identité qu'elle vivait. Et Madison avait raté ça. C'était nul, c'était vraiment nul.  Alors Madison évoqua ses peurs, détruisant les dernières barrière protégeant l'âme fragile d'Elsa. Elle comprenait si bien sa cadette. Si elle n'avait pas eu d'enfant c'était pour ses raisons. Pourtant elle ne pouvait donner raisons à sa sœur, pas maintenant, pas dans ces conditions. « La vie est pleine de risque à prendre. Tu aurais été si heureuse, avec Alec et Sofia. Tu as fais une erreur, j'espère que tu pourras vivre avec. » Instinctivement ses doigts se portèrent sur son annuaire gauche et sa peau vierge de toute bague. Vivre avec ses erreurs. Elle n'était même pas foutu de suivre ses propres conseils, pitoyable. Baissant le regard comme pour retrouver ses esprits, elle prit un moment pour penser à tout ça, à ces foutus histoires. C'était trop con de se pourrir la vie pour des foutaises. Elle soupira. « Ça ne sert à rien que je m’énerve. Tu es assez grande pour faire ce que tu veux. Tu veux disparaître à nouveau ? très bien, vas y. Ce n'est plus mon problème. » Son regard froid se posa sur Madison et ses clairs yeux clairs. Elle voulait que sa sœur comprenne la peine infligée au fil de ces années de torture.

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   Mer 16 Juil - 14:28

Frankie ∞ Madison
Madison prenait conscience de ses erreurs à chaque seconde. Elle percevait toute l’étendue des dégâts provoqués par son départ et aurait tant aimé que les choses soient différentes. Ne pas faire certains choix. Se confier davantage. Accepter de paraître vulnérable rien qu’une fois. Au lieu de ça, elle s’était enfoncée dans une spirale infernale et aujourd’hui, la tempête emportait tout sur son passage et ne laisserait de répit à personne. Elle était condamnée à la solitude mais dans toute sa naïveté, elle ne s’en était pas rendue compte avant ce jour-là. Les mots ne changeraient pas les choses, ni les excuses. Et le pire dans l’histoire, c’était que Madison ignorait comment se rattraper. Quoi qu’elle fasse, ça ne serait jamais suffisant. Tout raté. Oui, bien sûr, elle avait échoué dans tout ce qu’elle avait entrepris à l’époque. Même avec Sofia, elle n’avait pas su être à la hauteur de son engagement. Leur mère lui manquait terriblement ! Une mère qu’elle n’avait jamais connue, une mère tantôt idéalisée, tantôt détestée, une mère invisible mais qui, pourtant, avait vécu toutes ses années non loin d’elles, dans la capitale. Et dire que pendant tout ce temps, Madison la croyait morte. Elle l’entendit l’enfoncer davantage et elle se demanda quand ça finirait. Quand ce foutu lynchage prendrait fin, bon sang !  « J’ai compris » souffla-t-elle après un silence. « Dis-moi simplement… Dis-moi simplement quoi faire. J’te jure Fran, je voudrais changer, vraiment, je voudrais rattraper tout mais je sais pas comment faire, j’en ai aucune idée… » Madison semblait complètement perdue. Pauvre fille que tous rejetaient au nom de ses erreurs passées !

Elle sentit le regard glacial de sa grande sœur sur sa peau et ferma les yeux. Ainsi, elle pouvait partir, Frankie ne la retiendrait pas. Logique, après tout ! Tellement logique. Mais Madison ne voulait pas partir, ça non. Elle voulait retrouver sa sœur comme avant et se faire pardonner. Elles étaient proches autrefois, alors pourquoi ? Pourquoi tout avait changé, à quel moment tout avait basculé ?  « Je vais m’installer à l’auberge le temps de trouver un truc et… on verra bien. Fran, je partirais pas encore, je ne vais pas quitter la ville à nouveau sans prévenir, pas maintenant. J’ai bien le droit à une seconde chance, non ? » Du moins, elle l’espérait. Tout le monde faisait des erreurs, ça n’était pas nouveau ! Même des erreurs aussi énormes. Madison, dans toute sa sincérité, attendait désespérément cette seconde chance. Reprendre sa vie là où elle l’avait laissé et qu’on accepte de lui pardonner – même si ça prendrait des semaines, voire des mois. La seule chose qu’elle espérait était que Frankie ne lui ordonne pas de partir, de quitter Lewisburg et de tout abandonner. Parce qu’elle ignorait si elle parviendrait à s’opposer à la volonté de sa sœur et une telle idée lui brisait le cœur d’avance.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: where did i go wrong, i lost a friend /with madison   

Revenir en haut Aller en bas
 

where did i go wrong, i lost a friend /with madison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Where did i go wrong i lost a friend ("hot"ement drôle)
» LOST LE RPG
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LEWISBURG :: Willsley Grove :: RESIDENTIAL PLUM AREA-