AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
n'hésitez pas à nous soutenir en cliquant sur le top-site ou en laissant un petit mot sur bazzart.
le forum ouvre de nouveau ses portes ! n'hésitez pas à nous rejoindre, plein de scénarios sont à votre disposition.

Partagez | .
 

 billie ≈ radioactive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: billie ≈ radioactive   Jeu 26 Juin - 23:17




RADIOACTIVE
oak tree club, 20h30.

❖ ❖ ❖

Sans doute aurait-il dû être fier d’avoir droit de pénétrer les lieux. L’Oak Tree Club était un endroit privilégié auquel n’avaient accès que les grosses fortunes et les gens importants de Lewisburg et des alentours. Mais Ezra ne se sentait absolument pas à sa place ici ; avant d’avoir été nommé Shérif, jamais il n’aurait pu prétendre fouler le sol de cette sublime et ancienne bâtisse. Simple flic, il n’était personne et ne valait rien. On l’aurait regardé de travers, on l’aurait méprisé. Mais ce soir, il était jugé important et on l’avait invité de bon cœur. Tant d’hypocrisie le faisait amèrement rire. Vêtu de son costume gris et de sa chemise blanche déboutonnée de façon négligée, Ezra se promenait parmi les convives pour les saluer avec un enthousiasme feint. Il était malheureusement obligé d’être là, comme à peu près tous les invités. Il était persuadé que les trois quarts d’entre eux détestaient ce genre d’évènements mais se forçaient à venir pour faire bonne impression, parce qu’ils avaient des responsabilités. Ezra s’empara d’un verre de Scotch qu’un serveur lui tendit avec un sourire poli et il continua ses investigations, le regard perdu sur la décoration particulière des lieux. Non, décidément, il n’avait rien à faire ici. Plus vite ce serait terminé, mieux ce serait. Par ailleurs, s’il pouvait être appelé d’urgence par le commissariat et voler au secours d’une équipe tel un justicier, ce serait parfait. Ezra n’aurait jamais cru penser cela un jour. Il fallait qu’il se détende, apprenne à comprendre et apprécier ce monde. Pourquoi ne le pourrait-il pas, après tout ? Parce que c’était indécent d’être aussi riche et aussi faux, alors que dehors des centaines d’habitants souffraient et vivaient dans des appartements insalubres ? « J’espère que vous appréciez la fête, Monsieur. Avez-vous besoin de quelque chose ? » lança l’un des serveurs en voyant qu’il tournait en rond sans trouver de point d’ancrage avec qui que ce soit. « A part votre alcool délicieux et ce fond musical classique qui aurait plu à ma grand-mère si elle était encore de ce monde je n’ai besoin de rien, je vous remercie. » répondit-il, espiègle. L’ombre d’un sourire se dessina sur les lèvres de l’homme qui acquiesça et s’éloigna. Ezra leva les yeux au ciel et soupira en se fondant de nouveau parmi la foule d’inconnus et de gens qu’il n’avait pas envie de voir. Bien vite, il trouva refuge sur une chaise libre d’une table libre, s’éloignant le plus possible du groupe de vieilles femmes au parfum dérangeant. Elles puaient l’eau de toilette hors de prix, ces mêmes eaux de toilettes qui collaient aux lèvres quand on leur faisait la bise. Elles ne cessaient de le reluquer en clamant haut et fort qu’il était un homme charmant et timide : ah si elles savaient ces vieilles, ce qu’il était vraiment ! Soudain le regard d’Ezra se posa sur une jeune femme plus intéressante que les chouettes décrépies qui lui servaient de voisines de table et surtout … Plus ivre. Il fronça les sourcils et tenta de l’ignorer, en vain. « Quelle personne vulgaire … Je ne sais pas ce qu’elle fait ici. » commentèrent les vieilles, après avoir changé de cible. La fille parlait plus fort que les autres convives et attirait naturellement l’attention sur elle, tant et si bien qu’Ezra finit par être gêné par ce manque de discrétion. Pas vis-à-vis de lui, mais vis-à-vis d’elle. Le naturel revenait au galop. Ezra se leva et s’approcha d’elle pour poser sa main sur son épaule. « Mademoiselle, est-ce que ça va ? » Si ça n’avait tenu qu’à lui, il l’aurait sans doute engueulée en lui disant que ce n’était absolument pas l’endroit pour boire.  Il planta son regard gris inquisiteur dans le sien et enchaîna : « Qu’est-ce que vous avez fait à ces pauvres vieilles pour qu’elles vous détestent autant ? » Si il avait compris une chose, c’était qu’on ne parlait pas d’alcool tout de suite aux gens ivres. Il fallait d’abord les amadouer. Mais Ezra n’était pas au bout de ses peines.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: billie ≈ radioactive   Ven 27 Juin - 0:00

✰ radioactive.
Tu lèves les yeux au ciel lorsque ton frère t'annonce que tu vas devoir être présente à un énième gala, ou peut-être était-ce une soirée, à laquelle tes parents demandaient ta personne. Tu n'avais définitivement pas envie d'y aller, mais parfois tu sentais cette petite once de responsabilité te dire qu'il était temps que tu fasses quelque chose, même si c'était très déplaisant. Lentement tu te lèves du canapé nonchalamment tout en grimaçant, tes frères avaient très bien compris que tu n'avais vraiment pas envie d'y aller et à ton habitude tu savais très bien que tu allais goûter du goulot de champagne. Les robes étalées sur le sol te narguaient avec intérêt, non tu ne pouvais pas enfiler quelque chose comme ça, on te prenait déjà pour une dévergondée, si tout le monde te prenait pour une originale, tes parents allaient feinter la mort. Tu enfiles la chose qui te semble appropriée pour une telle soirée et tu commences à te coiffer dans un léger chignon qui ne tenait pas droit, au final il te ressemblait, un vrai titanic ambulant. Tu sors de ta chambre satisfaite, fidèle à toi-même tu avais rajouté quelques petits accessoires pour éveiller cette tenue absolument morose qu'on t'avait presque forcé d'enfiler. « Billie, ce soir je compte sur toi. » tu pouffes de rire, il te disait toujours la même chose et pourtant tu avais ce don de ne jamais lui répondre ou encore de feindre l'incompréhension. A force de finir complètement bourré, tu te demandais parfois si tes parents n'allaient pas refuser ta présence à ces sorties mondaines, mais ils s'acharnaient à vouloir te traîner de partout comme un trophée, alors que tu étais vraiment loin d'en être un. Tu te contentais de jeter un léger coup d'oeil à ton frère avant de lui répondre « Comme toujours, je serai la plus sérieuse. » Pas besoin de le dire cinq fois, tu allais boire, et même si l'on essayait de te chaperonner cela ne servait à rien, puisque tu avais l'âme d'une vicieuse, tu savais repérer les coupes de champagne à trente mètres, alors les voler c'était encore plus facile. A vrai dire, tu ne savais pas exactement pourquoi tu t'acharnais à faire honte à tes parents, peut-être parce que l'on t'avait prédisposé à faire ça depuis ta plus tendre enfance, tu étais la gamine, la capricieuse, la maladroite, mais jamais la vaillante ou encore la fierté de la famille. Peut-être que dans le passé tu voulais cette notoriété, ces titres les uns plus stupide que les autres, mais à présent tout avait changé. Finalement devenir adulte n'était pas une si mauvaise chose, l'on apprenait à grandir indépendamment et surtout à ne plus se cacher dans les jupons de maman, enfin même si ça n'avait jamais vraiment été ton genre. Ton frère soupire à ta réponse et lève les yeux au ciel par la même occasion, tu sais que tu les exaspères, mais tu ne peux pas t'en empêcher, si tu pouvais troquer ton appartement contre le meilleur champagne de la terre, pourquoi pas. On te disait souvent que tu étais une alcoolique ou du moins que tu étais sur la bonne route pour le devenir, mais tout ça ce n'était que du bullshit, il fallait faire la différence entre amusement et maladie. (...) Lorsque tu entres dans la salle, tu vois qu'il y a déjà une bonne partie des invités, tes frères se séparent te laissant là à l'entrée toute seule, comme toujours. À croire qu'ils te poussaient à lever le coude pour boire ce doux liquide délicieux. Pendant quelques minutes tu décides de faire un tour de la salle, comme à ton habitude, puis tu commences à attaquer la première coupe, la seconde, la troisième, la quatrième, puis ta cinquième et tu sens enfin l'effet monter. Tu t'incrustes dans un petit groupe et tu commences à parler de ta vie, de ton voisin qui t'énerves énormément, de tes parents que tu vois non-loin de là te fusillant du regard. Puis tu tournes les regard vers une bande de vieilles harpies qui te jugent de leurs yeux ridés. Tu décides de leur tirer la langue, puérile, mais ça a le don de les faire sursauter. Puis tu sens quelqu'un te toucher l'épaule, tu te retournes et tu regardes l'homme qui vient de se poster devant toi. « Mademoiselle, est-ce que ça va ? » Qu'est-ce qu'il peut bien te vouloir ? Tu ne fais encore rien de mal, les riches devenaient trop impatients, tu n'avais même pas le temps d'ajouter le clou du spectacle. Tu sens une petite mèche se balader le long de ton visage rond, tu décides de l'éjecter de ton visage d'un geste agacé. Qu'on te laisse vivre, merde. « Qu’est-ce que vous avez fait à ces pauvres vieilles pour qu’elles vous détestent autant ? »  tu pouffes de rire, clairement tu n'as rien fais, mais elles ont cette tendance de toujours te juger, alors avec un petit sourire espiègle tu réponds « Je leur dis constamment d'enlever ce balais qui leur coince visiblement les fesses. Elles n'ont jamais apprécié, pourtant c'est un conseil qui pourrait bien leur servir, si vous voyez ce que je veux dire. » elles te fusillent du regard, alors tu lèves le bras pour leur faire un signe de main tout en leur disant « Alors c'est quand qu'on prend en compte mes conseils ? En général ils fonctionnes bien, si vous voulez des astuces pour les faire sortir ces balais, venez sonner à ma porte, c'est gratuit. » tu marques une légère pause avant de poursuivre « Enfin mise à part vous, femme à perruques. » Puis tes yeux se rivent à nouveau sur l'homme qui venait justement de te parler. « Et je vais très bien, merci, et vous comment ça va ? » Tu lui souris bêtement, car tu sais clairement où il voulait en venir en te demandant comment tu allais. Tu devais sûrement avoir l'air ridicule, mais au fond tu t'en fichais, ils n'avaient qu'à te regarder, te juger, à la fin de la soirée tu ne te rappellerais pas d'eux de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: billie ≈ radioactive   Sam 28 Juin - 16:06




RADIOACTIVE
oak tree club, 20h30.

❖ ❖ ❖

« Je leur dis constamment d'enlever ce balais qui leur coince visiblement les fesses. Elles n'ont jamais apprécié, pourtant c'est un conseil qui pourrait bien leur servir, si vous voyez ce que je veux dire. » Ezra regarda la jeune femme avec un mélange d'effarement et de surprise. Si il n'avait pas été aussi choqué par sa franchise, peut-être qu'il aurait pu rire. Peut-être. « Alors c'est quand qu'on prend en compte mes conseils ? En général ils fonctionnes bien, si vous voulez des astuces pour les faire sortir ces balais, venez sonner à ma porte, c'est gratuit. Enfin mise à part vous, femme à perruques. » A présent que l'attention de la demoiselle s'était portée sur le troupeau de vieilles biques profondément heurtées, il ne savait plus où se mettre. Ezra aurait donné n'importe quoi pour prendre ses jambes à son coup, regrettant d'être venu l'aborder. Elle était le genre de fille à dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas, se moquant bien de mettre les gens mal à l'aise. Et quand il se sentait mal à l'aise, Ezra préférait fuir. Néanmoins, elle ne s'était pas (encore) attaquée à lui et ce fut sans doute ce qui le poussa à rester. « Et je vais très bien, merci, et vous comment ça va ? » La question le désarçonna. « Euh ... » Euh ? Vraiment ? Il ne lui avait pas réellement demandé si ça allait, après tout. Elle était définitivement la fille la plus étrange qu'il ait eu l'occasion de rencontrer, surtout en de tels lieux. « … Ça va également, merci. » conclue-t-il, incertain. Il passa sa main dans ses cheveux et but une gorgée de whisky à la hâte. « Vous êtes toujours aussi franche ? Je veux dire … Je ne crois pas que la sincérité soit une mauvaise chose, au contraire, mais … » Mais quoi ? C'était effectivement une très bonne chose de dire ce que l'on pensait. Mais avait-elle sciemment droit de blesser de la sorte des gens qu'elle ne connaissait pas et qui devenaient sa cible uniquement parce qu'elle leur trouvait un défaut ? Que ressentait-elle, lorsqu'on s'en prenait à elle ? N'était-elle pas blessée à son tour ? « Ce n'est pas l'idéal pour se faire des amis. » Il sourit et attrapa une coupe de champagne sur le plateau d'un serveur qu'il tendit à la jeune femme pour trinquer avec elle. Elle devait avoir aussi peu envie que lui de se faire des amis, peut-être moins encore. La soirée promettait d'être intéressante, finalement. Toutefois, Ezra ne s'attarderait peut-être pas à ses côtés, de peur d'être lui-même la cible de ses attaques. Si il était calme de nature, un rien suffisait à l'embraser et l’énerver. Facilement irritable, il devenait irascible et était passé maître dans l'art de balancer leurs quatre vérités aux gens. C'était à la fois un handicap et une force, qu'il s'efforçait de maîtriser. Combien de fois avait-il failli sauter à la gorge d'une personne en interrogatoire et avait du être évacué de force ? « Alors, quelle heureuse raison a poussé les hôtes à vous inviter ce soir ? » demanda-t-il à demie-voix d'un ton sarcastique, en jetant un coup d’œil aux invités avant de reporter son attention sur elle. Aucun d'eux ne se trouvait là par hasard. Ils étaient riches, importants. Les plus belles gens n'étaient pas là, les gens de tous les jours. C'était par ailleurs tout à fait regrettable, sans doute se seraient-ils beaucoup plus amusé. Il aurait du venir avec Claris. Ou avec une collègue, ou n'importe quelle femme qu'il ait côtoyé. Mais Ezra se retrouvait là comme un idiot, à faire la conversation avec une femme qui prenait visiblement un plaisir fâcheux à souligner avec une facilité déconcertante les défauts des autres. Il porta le verre à ses lèvres en observant la demoiselle. Elle était d'une beauté fragile et délicate, intéressante. Il s'étonna d'ailleurs de ne pas la voir accompagnée. « Êtes-vous venue seule ici ? » demanda-t-il en guise de confirmation. Ezra aurait volontiers passé la soirée en compagnie d'un autre homme car son univers était essentiellement féminin. En dehors de William, Lester ou d'Elyas, la plupart de ses fréquentations étaient des femmes. Pas qu'il n'apprécie pas leur présence, mais Ezra se devait davantage d'être dans la retenue avec elle qu'avec les hommes, avec qui il était toujours plus naturel. Par ailleurs, la présence d'un homme (ou d'une femme) aurait certainement apaisé davantage la jeune femme … Quoi que. « Au fait, j'ai oublié de me présenter : je suis Ezra Swethenam. » ajouta-t-il d'un ton poli et lui tendant la main.

hrp : j'ai fait soft déjà, j'me suis dit qu'on allait y aller un peu cool au début quand même. et après … huhuhu :siffle :
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: billie ≈ radioactive   

Revenir en haut Aller en bas
 

billie ≈ radioactive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Billie-Eve Ϟ Jesus, he knows me
» Billie
» salut je m'appelle billie
» Chaleureuses retrouvailles [pv Billie]
» Cela fait bien longtemps [PV. Billie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LEWISBURG :: Willsley Grove :: OAK TREE CLUB-