AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
n'hésitez pas à nous soutenir en cliquant sur le top-site ou en laissant un petit mot sur bazzart.
le forum ouvre de nouveau ses portes ! n'hésitez pas à nous rejoindre, plein de scénarios sont à votre disposition.

Partagez | .
 

 IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 20:51


✰✰✰
Quand je suis avec toi je suis plus calme, je respire plus lentement, même si mon cœur bat plus vite..
ma première fois ~ Zachary à Sarah (film).


IAN JOHN CARTWRIGHT


≈ surnom: Cartwright, son nom de famille tout à fait, Ariel est la seule à l'utiliser cependant. Tous les autres l’appelle Ian. ≈ age: 30ans et toutes ses dents, pour le moment en tout cas. ≈ études/métier: Pompier. Simplement parce qu'il est un grand enfant qui raffole des camions rouges et des "pimpoooons". La vérité : c'est une vocation, servir et aider, il a toujours voulu le faire. En plus, l'uniforme, les muscles et la dangerosité, ça attire les jolies filles. ≈ statut civil: Célibataire. Enfin, j'ai été marié une fois mais c'était avec une inconnue et à Vegas, ce qui se passe à Vegas est censé y rester non ? ≈ lieu de naissance: Lewisburg, il est né ici et y a toujours vécut. ≈ nationalité: Américain pur souche, d'ailleurs si l'on contemple l'arbre généalogique, on ne voit pas beaucoup de mixité. ≈ orientation sexuelle: hétérosexuel, il est ouvert, supporte la cause gay mais n'a jamais été attiré par les hommes.  ≈ depuis combien de temps vis-tu à lewisburg ? toujours, il a grandit dans les rues de cette ville. ≈ famille: Deux parents, un père un peu absent à cause d'un métier très prenant et avec qui il ne s'entend pas réellement. Et une mère, ancienne infirmière, femme au foyer depuis 1996 pour s'occuper de son frère, Doug, traumatisé crânien depuis le massacre avec qui il a un lien très particulier. ≈ quel genre de voisin es-tu ? Le genre un peu sans gêne, qui va chercher son journal en caleçon, qui ne met pas de mot dans les boites aux lettres lorsqu'il organise une soirée ou encore pique dans le frigo lorsqu'il est invité pour l'apéritif. ≈ statut social: modeste, sa famille est riche mais il ne veut rien à voir à faire avec l'argent de son père. ≈ aspirations de vie: La renommée, la reconnaissance sociale, la confiance en soi. ≈ qualités et défauts: Sensuel, séducteur, manipulateur, joueur, attachant, possessif, charismatique, drôle, jaloux, attentionné, fidèle, curieux, introverti, coléreux, bagarreur, coquet, arrogant, rationnel, tolérant, têtu, soucieux, positif.  ≈ le massacre du jeudi 18 avril 1996: indigné, cette colère et ce sang déversé pour des raisons jusque là encore inconnues. A l'époque, il n'était un gamin, treize ans, incapable donc de saisir avec justesse la situation. En même temps, même les plus fins psychologues n'ont pas réussi à éclaircir le pourquoi du comment... Comme tout à chacun, il porte cet incident en lui chaque jour, puisque l'ambiance reste morose chaque année le 18 avril, seulement cet événement appartient au passé et il souhaite qu'il y reste. ≈ groupe: a new life. ≈ avatar: ryan gosling ≈ crédits: tumblr, peach.


✰  we're all pretty bizarre, that's all.
Il ne couche jamais deux fois avec la même fille, simplement parce qu'il ne veut pas qu'elle s'attache, et peut être qu'inconsciemment, lui non plus ne le veut pas. ≈ Il fume, beaucoup, trop. ≈ Il déteste les hôpitaux (comme tout le monde vous me direz) et n'y met les pieds que lorsque cela est nécessaire ≈ Il a une cicatrice à l'épaule, une mission rescousse qui aurait pu très mal tourné, il s'en sort relativement bien ≈ Il a choisi de devenir pompier car c'est une des rares choses qui le fait vibrer et se sentir vivant ≈ La vérité est qu'il manque clairement de confiance en lui mais qu'il tente de donner le change. ≈ Il a failli se faire tatouer une fois, lors d'une soirée un peu alcoolisée avec Ross, son meilleur pote est allé au bout, pas lui. ≈ Il n'a été amoureux que d'une seule femme, sauf qu'elle est lesbienne, aujourd'hui, il n'a plus de sentiments pour elle et il est même capable d'en rire ≈ C'est un fanatique de mal bouffe, tout ce qui est gras, il le considère comme essentiel à la vie ≈ Il est expérimenté sexuellement, il a déjà connu des plans à trois, essayé toutes les positions du kama sutra (une majorité en tout cas), utilisé bon nombre de sex toy et il se débrouille à la perfection en préliminaires ≈ il ne supporte pas le silence, ça le met réellement mal à l'aise, il se sent obligé de combler les trous ≈ Il adore le football américain, il ne rate pas un match de son équipe favorite ≈ C'est un piètre cuisinier, il est capable de rater des pâtes. ≈ Il collectionne les timbres, kitsch, digne de votre grand mère, franchement, vous avez surement raison et pourtant il adore ça. ≈ Il est très sportif, déjà parce que son métier le lui impose mais aussi parce qu'il aime ça, il n'imagine pas une journée sans faire de sport.

prénom/pseudo: Marion. âge: 24ans.  où as-tu connu LIA: En fouinant sur bazzart  fréquence de connexion: presque tous les jours. c'est votre dernier mot ? Non, Jean-Pierre ! Je voudrais utiliser le super moite moite.


Code:
<pris>◈ Ryan Gosling</pris> - [i]Ian Cartwright[/i]


Dernière édition par Ian Cartwright le Jeu 3 Juil - 8:18, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 20:52

✰ sweetie, you couldn't ignore me if you tried.
On la connait tous, cette solitude qui nous mine parfois, cette tristesse le dimanche soir alors que l'on doit reprendre l'école, ou lorsque votre meilleur ami embrasse la fille que vous aimez dans la cours de l'école. Ce jour là fut saboté par l'atroce nouvelle : Je...Doug est à l’hôpital. elle balbutie, ce n'est pas dans ses habitudes, mon père ne fait qu'un bon sur son fauteuil. Maman, les larmes aux yeux, me prend la main. Je comprend à cet instant que la vie est notre seul bien, trop fragile, il ne faut pas la mépriser et que notre famille ne guérira jamais de ce jour tragique teinté de sang. Les lieux sont glauques, je n'ai jamais remis les pieds dans un hosto depuis ce jour. Il va s'en sortir, je ne peux pas déterminer si il récupèrera 100% de ces facultés mentales. Les détails sont flous, mais il semblerait que mon frère est été heurté de plein fouet par une voiture. Ma mère pousse un soupire de soulagement. Je l'observe à travers la fenêtre, le crâne bandé. Il n'a que neuf ans et sa vie vient de changer à jamais. Avec le recul, je me demande si ce fut réellement une chance pour lui de survivre ce jour là, avec de telles séquelles.

Certaines choses sont trop pénibles pour être appréhendées sur le coup. Ce n'est que plus tard, dans la solitude, le souvenir, que pointe la compréhension, quand les cendres sont froides, qu'on regarde autour de soi pour se retrouver dans un monde entièrement différent. Maman se réfugiait toujours derrière ce paravent de bonté et de bonne humeur lorsque les voisins lui posaient des questions : Il est vivant, c'est tout ce qui compte. Foutaises, rien ne va, elle pleure tous les soirs, c'est tellement absurde de penser que faire croire au monde que le bonheur n'est pas loin va l'amener. Ce qu'elle qualifiait de secret n'était qu'un mensonge par omission. Parce ce que s'enfermer dans cette facétie ignoble nous a finalement tous éloignés les uns des autres. A part peut être Doug, être devenu indispensable mais en même temps si dépendant au vues de sa conditions, le point central, celui qui arrivait toujours à nous réunir et nous faire sourire, le plus souvent malgré lui.

Fait comme chez toi. me lance Ross, mon meilleur pote, je ne saurais pas bien situé le moment où l'on s'est rencontré, au jardin d'enfant. Je pose un regard sur sa maison parfaitement décorée. Superbe, dehors, allongé dans un transat', sa soeur Ariel -comme la petite sirène oui- se prélasse au soleil. Mon regard s'attarde un instant sur elle, elle a bien grandit, elle commence à développé un physique très attrayant et ne me laisse clairement pas indifférent. J'avale difficilement ma salive et mon ami me frappe à l'épaule : N'y pense même pas, ma soeur, c'est off limite ! Je souris nerveusement, grillé, je répond pour le rassurer parce qu'elle est clairement le genre de nana qu'on ne laisserait pas dormir dans la baignoire, un très gros potentiel : Ca va pas la tête, je vais pas me taper une gamine ! J'ai tenu bon jusque là, même si ce n'est pas toujours simple.

Waoh, elle est canon elle. s'exclame Ross, ce type est un véritable Don juan, et ça paye, je me demande parfois ce qu'il foutait avec moi à cette époque. Je replace mes lunettes et j'avale difficilement ma salive, c'est clair que cette fille est véritablement jolie, clairement pas dans notre catégorie. Je suis au collège, pas la période la plus simple pour un gosse car je suis vilain et mal dans ma peau, avec des hormones qui me travaille. C'est bon les gars, arrêtez de baver. renchérit Olivia, avec sa salopette, elle est beaucoup moins glamour mais dégage quelque chose de sensuel. Elle est cool cette nana, elle traine pas mal avec nous, plutôt garçon manqué, les trucs de filles, ça l'emmerde profondément. Il est clair que c'est pas avec mon appareil, mes boutons sur la gueule et mes cheveux gras, je suis loin d'envoyer du rêve. Dis Olivia... Tu... Enfin tu viendrais avec moi au bal. Elle me laisse mijoter un peu et fini par accéder à ma requête : Mouais, si tu veux, mais pas question que je porte une robe. Une robe, je n'aurai jamais osé l’exiger, je sais très bien que ça n'est pas du tout son truc.

Je t'aime. En tout cas, je le pense, on est ensemble depuis seulement six mois, peut être que si mon frère n'avait pas été handicapé, il aurait pu me conseiller de ne pas donner tout mon coeur, d'en garder une partie parce qu'une fois qu'il est piétinné, récupérer les morceaux, c'est pas simple. Elle se met à pleurer, ce n'est vraiment pas bon signe ça. Je t'aime aussi. Je lui souris et caresse sa joue. Elle recule. Plus que tout au monde. Elle essuie une de ses larmes, se rendre vulnérable, c'est pourtant pas dans ses habitudes. Mais pas comme toi tu m'aimes... Elle s'en va, sa chevelure blonde la suit harmonieusement et elle me laisse en plan, abasourdie, blessé... Doug entre dans la chambre et me serre dans ses bras. Il n'a probablement pas saisi la totalité de la situation, son traumatisme l'a quelque peu empêché de grandir normalement et sa capacité émotionnelle est celle d'un enfant et pourtant, il est là.

Tu as reçu ta lettre pour Yale Fiston ! Autrement dit, le dernier endroit où j'avais envie d'aller sur terre, les études, je n'en peux plus, ce n'est pas mon truc. J'ai accepté d'envoyer un dossier parce qu'avec ma moyenne les chances d'acceptation de mon dossier étaient nulles. Tu es pris ! lance t-il en sautant de joie, je ne l'ai plus vu si heureux depuis l'accident. Cinq années... Dire oui, accepter, agiter le drapeau blanc et me résoudre à des études qui ne me correspondent pas, c'est peut être ce que j'aurais du choisir ce jour là. Je ne veux pas aller à Yale. Prendre le dessus, oublier mes angoisses de fils parfait et m'imposer tel que je suis, surement la chose la plus difficile que j'ai eu à faire. Tu sais ce que j'ai fais pour que tu sois pris. Non, enfin, je m'en doute, je ne suis pas stupide. Sois pas égoïste Ian, c'est pas ton attardé de frère qui va reprendre l'entreprise. Je l'arrête tout de suite et assène un coup violent dans son menton. La réalité est laide, il n'aime plus mon frère, je le sais, je l'ai toujours su mais jusque là, il avait toujours eu la décence de garder ces commentaires abjectes pour lui. Ne parle plus jamais de lui comme ça. Ca briserait le coeur de ce pauvre Doug, si féru de son paternel, qui ne rêve que d'une chose : le rendre fier.


Les mains tremblantes, je souffle un bon coup, la caserne est immense, mon premier jour, je suis un pompier, j'ai été accepté à l'essai et je flippe à mort. Tout plein de questions se faufilent dans mon esprit mais celle qui revient constamment me laisse perplexe : et si quelqu'un meurt par ma faute ? Puis on s'habitue, on côtoie la mort si souvent qu'on finit par la banaliser, heureusement, le nombre de personnes sauvés et six fois plus haut que celui pour lesquelles on ne peut rien faire. Je suis bon dans mon métier, mon père ne me parle plus, la voix que j'ai choisi lui semble trop puéril, si sauvé des vies est puéril, j'ai du mal à comprendre ce que je pourrai faire de mieux. Maman quant à elle, est terrorisée à l'idée même qu'il m'arrive un truc, et oui, on est pas à l'abri malheureusement, quelques cicatrices le prouvent. Ce jour là, un incendie s'est déclaré, ouais... J'aurais préféré que l'adresse indiqué soit une autre, on est arrivés trop tard, beaucoup trop tard, les flammes avaient tout réduit en cendres laissant une famille entière au cimetière, dont l'un de mes meilleurs amis. Je baisse la tête lorsque j'entends un cri à l'arrière de la maison. Jazz ? Elle hurle, la tête entre les mains, perdue, le visage noircit par la suie. Ca va aller... Je n'en suis pas si sure, mais j'ai promis un jour que je m'occuperais d'elle.

On grandit, on se fraye un chemin dans ce monde plein d'embuches et de survivre à la dure loi de la vie. J'ai enchainé les histoires sans lendemain, brèves, vives, peut être parce que j'ai été bafoué par le passé et que la seule femme que j'ai aimé est aujourd'hui ma meilleure amie et lesbienne, peut être parce que je n'ai pas encore rencontré le séisme dévastateur qui saura comblé mon coeur. Elle porte une robe noire, classique mais sexy, le genre de robe qui dit : " Je ne suis pas une traînée mais tout est possible ce soir. " Ariel, une beauté fugace et troublante, je n'ai jamais su mettre le doigt sur sa personnalité plus qu'étrange. Ces pensées envers elle sont égoistes, parce qu'elle est la soeur de mon meilleur ami et que rien que mon indécente envie rompt la promesse que je lui ai faite un jour. Parce qu'elle est sorti avec l'un de mes potes les plus proches. Parce que je suis un handicapé des sentiments et qu'à part foutre la merde, succomber à la tentation n'aurait rien de bénéfique. Et pourtant ce soir... Affaire à suivre.


Dernière édition par Ian Cartwright le Jeu 3 Juil - 8:16, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 20:54

bienvenue ici I love you excellent choix d'avatar, ryan est tellement   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 20:55

bienvenue, hâte de voir ce que vous nous préparez avec ariel I love you ryan est déjà tenté, donc ce sera à la meilleure fiche   si tu as la moindre question n'hésite pas, le staff est là pour toi   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 20:56

L'autre moitié de perfection    
Bienvenue à toi aussi  I love you Ryan quoi   
Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 20:56

ryan très bon choix comme j'ai dis, le ship
bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 20:58

Merci à vous   
Pas de soucis pour l'avatar, je vais faire en sorte d'avoir la meilleure fiche alors   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 21:01

FAUT QU'ON SOIT LES MEILLEURS !
  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 21:02

Rhaaa oui, Ryan Avec Emma en plus !   
Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 21:05

My God Ryan !!    

Welcome !!    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 21:13

bienvenue et bonne chance pour ta fiche   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Dim 29 Juin - 22:41

Encore un pompier

Tu auras déjà deux collègues dans le coin du coup XD Bienvenuuuuuue parmi nous   Si tu as besoin n'hésite pas  
Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
◈ we are the beloved queens.
avatar

› MESSAGES : 973
› AVATAR : evan rachel wood
› PSEUDONYME : marie (wayland)
› DOUBLES : Kira l'animatrice rageuse
› CRÉDITS : shiya + silver lungs
› BANK ACCOUNT : 1182


✰✰✰
› ÂGE: ~ 30 ans
› CARNET DE CONTACT:
› DISPONIBILITÉ: 1/5 rp libre

MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Lun 30 Juin - 15:52

Ryan en pompier, c'est canon  Mais je le préfère avec Evan

Bonne chance pour ta fiche, ton avatar est en compétition I love you et bienvenu parmi nous

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Lun 30 Juin - 15:59

ryan
bienvenuuuuuuue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Lun 30 Juin - 16:49

C'est à la mode d'être pompier   (chicago fire peut être !)
Ahaha Frankie, tu me draguerais pas par hasard ?
Merci à tous en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Lun 30 Juin - 17:25

Ryan   
Bienvenue parmi nous   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Lun 30 Juin - 20:00

oh un autre pompier   
tu couperas pas à un lien mon cher, puis avec ryan   
bienvenue parmi nous  I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Lun 30 Juin - 20:08

Merci à vous.
Alec ce sera avec grand plaisir     
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Lun 30 Juin - 20:26

quel excellent choix de vava   
bienvenue ici I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Mar 1 Juil - 6:46

Ryan   

Bienvenue & bon courage pour ta fiche ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Mar 1 Juil - 18:29

Ryan, pompier et célibataire... je vais défaillir je sens XD
Bienvenue parmi nous :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Mar 1 Juil - 19:04

pas pour longtemps célibataire   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Mar 1 Juil - 21:10

bienvenue et bonne chance pour ta fiche
ryan  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Mer 2 Juil - 20:27

affaire à suivre Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   Mer 2 Juil - 20:28

Merci à tous   
Ahah je savais que tu allais aimer ça   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.   

Revenir en haut Aller en bas
 

IAN ▽ You just know, sometimes you feel it on your bones.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THEN I'LL RAISE YOU LIKE A PHOENIX :: They will be born :: Welcome to Lewisburg-