AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
n'hésitez pas à nous soutenir en cliquant sur le top-site ou en laissant un petit mot sur bazzart.
le forum ouvre de nouveau ses portes ! n'hésitez pas à nous rejoindre, plein de scénarios sont à votre disposition.

Partagez | .
 

 shot us down (ezra&will)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: shot us down (ezra&will)   Dim 29 Juin - 22:13


    La journée se terminait, enfin. Depuis qu’il était entré à l’académie de police pour apprendre son métier, Will ne se souvenait pas d’avoir passé un jour de travail aussi long et aussi pénible. Ca avait été un véritable calvaire, et le mot était sans doute encore un peu faible pour décrire ce qu’il venait de subir. Il était divorcé depuis encore trop peu de temps pour avoir réussi à se faire à cette idée, à l’absence de sa moitié et aux habitudes qu’il devait reprendre. Il avait besoin de temps, de beaucoup de temps, pour oublier, pour fermer les yeux, pour passer à autre chose. C’était difficile de changer de vie aussi radicalement, passer de ce couple qu’il avait formé avec la femme dont il connaissait toutes les habitudes, à la solitude de l’homme séparé vivant dans le silence et le vide. Mais il l’avait cherché, c’était lui qui avait provoqué cette situation en demandant le divorce, alors il assumait et il essayait comme il pouvait de se faire à cette vie. Mais aujourd’hui, il s’était dit que finalement, il ne s’y ferait jamais. Il ne pouvait pas passer à autre chose si on lui collait sa femme dans les jambes toute la sainte journée ! Constamment devant lui, comment pouvait-il penser à autre chose qu’à toutes leurs disputes, et plus encore, à sa trahison ? La regarder équivalait à l’imaginer dans les bras de l’autre, à se demander si elle l’avait déjà remplacé, s’il ne comptait déjà plus pour elle. Will n’était pas quelqu’un de calme, il n’avait jamais été calme. Il était sanguin, brutal. C’était Fran qui faisait de lui un homme doux et compréhensif. Mais c’était également Fran qui avait effacé tout ce qu’il était devenu ces dernières années pour faire ressortir l’ancien Will, celui qui ne tenait pas en place, qui ne retenait pas sa langue, et qui avait envie de tout détruire sur son passage parce qu’il se sentait trahi, humilié. Une journée à travailler avec elle et il avait des envies de meurtre. Il n’osait pas imaginer ce qu’une semaine donnerait. Un mois. Une année. C’était impensable.

    Une journée à travailler avec elle et il était prêt à faire n’importe quoi pour que ça cesse. Et ça commençait par aller voir son supérieur. Parce qu’à un moment ou à un autre, Ezra avait eu cette idée absolument stupide de les mettre en équipe alors qu’ils étaient divorcés, faisant fi de cette amitié qui les liait depuis si longtemps et qui aurait du lui dicter de réfléchir une seconde de plus avant de prendre une telle décision. Et Will devait au moins savoir si c’était pour se payer une bonne tranche de rire en les voyant s’écharper en public, ou s’il avait une raison un peu plus subtile. Mais quelle que soit cette raison, ça ne fonctionnerait pas. Jamais. Will était donc passablement énervé et fatigué quand il fit irruption dans le bureau d’Ezra à la fin de cette journée, claquant la porte derrière lui pour dissuader tous les potentiels curieux d’écouter leur conversation. « Tu te fous de moi, c’est ça ? » Il n’avait aucune intention de manquer de respect à son supérieur, aucune. Mais il ne contrôlait plus vraiment les phrases qui sortaient de sa bouche, il avait pu s’en rendre compte toute la journée en balançant des horreurs les unes après les autres à la femme de sa vie. Il avait besoin de se défouler, et malheureusement, il le faisait sur tout ce qui passait devant lui. Et encore, il parvenait à se contrôler relativement face à Ezra … Quelque part, il devait encore tenir à son job. « C’était très drôle, t’as du bien rigoler toute la journée, mais c’est terminé, il va falloir que tu me donnes très vite le nom de mon vrai coéquipier, ou tout ça va très mal se terminer. » Il ne savait même pas pourquoi il continuait d’espérer que ce n’était qu’une grosse blague bien lourde. Ils étaient des adultes dans un commissariat et ils traitaient des cas absolument sérieux et très importants … Mais il fallait que ce soit une blague, et qu’Ezra éclate de rire pour désamorcer immédiatement la bombe Breckenridge qui lui faisait face. Si seulement …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: shot us down (ezra&will)   Lun 30 Juin - 19:28




SHOT US DOWN
police station, william & ezra.

❖ ❖ ❖

Quand la porte s'ouvrit à la volée pour la seconde fois de la journée et se referma aussi brutalement, Ezra sut exactement ce qui l'attendait. Il ne prit même pas la peine de relever la tête tout de suite, sachant pertinemment qui lui ferait face. « Tu te fous de moi, c’est ça ? » Le shérif soupira et posa son regard gris sur William, qui semblait tout aussi furieux que ne l'avait été Frankie plus tôt. A présent, il en comprenait la raison. Ce serait peut-être plus facile d'établir un réel contact avec l'ex-mari qu'avec l'ex-femme. Du moins, Ezra l'espérait. Il n'était pas d'humeur à se battre avec toute la famille ! « C’était très drôle, t’as du bien rigoler toute la journée, mais c’est terminé, il va falloir que tu me donnes très vite le nom de mon vrai coéquipier, ou tout ça va très mal se terminer. » Décidément, William et Frankie le gonflaient franchement. Il avait beau être leur ami et tenir à eux, tous deux dépassaient les bornes. Heureusement d'ailleurs qu'ils avaient été ses amis, sinon il les aurait déjà collé au récurage des chiottes ou au service de café en heure creuse, autrement dit de trois à six heures du matin. Ezra donna un coup de poing sur son bureau et se leva brusquement de sa chaise en manquant de la renverser au passage. Il ne fallait pas trop le chercher. « D'abord, je te prierais de ne pas t'adresser à moi de la sorte. » Sa voix était restée très calme, plus qu'il n'aurait cru être capable de le faire. Tant mieux, parce qu'il n'avait aucune envie que des petits curieux tendent l'oreille pour mieux entendre ce qu'il se disait dans le bureau clos. Les murs et la porte n'étaient pas si épais qu'on aurait pu le croire. Ezra passa ses mains sur son visage et dans ses cheveux et se rassit, en désignant d'un bref signe de la main le fauteuil dans lequel s'était assise plus tôt Frankie, aux côtés de William. « J'ai l'impression de servir de thérapeute conjugal, aujourd'hui ! On n'est pas une agence matrimoniale ici, vous me gonflez sérieusement, tous les deux. » lâcha-t-il d'un ton courroucé. Il s'enfonça dans son fauteuil et croisa les bras sur son torse en observant son ami de ses prunelles grises glaciales. Il comprenait parfaitement que tous les deux ne veuillent à présent plus travailler ensemble ; l'explication était logique. Ezra était perdu, pour la simple et bonne raison que, qu'importe la décision qu'il prendrait, cela risquerait de mettre en péril une partie de leur travail. Il se mordilla la lèvre et continua : « Frankie est venue me voir en début d'après-midi pour la même raison et je te répondrai la même chose qu'à elle : pour l'instant, nous n'avons aucun choix. Nous sommes en sous-effectif, et avec l'été qui arrive et la recrudescence habituelle de violence, je suis obligé de vous laisser par équipe. Or toutes les équipes ont été formées de façon stratégique, en fonction des quartiers que vous connaissez et avez l'habitude de fréquenter ou vos capacités particulières. » Ezra se tut et planta son regard dans le sien. Il jugea important de lui adresser quelques mots plus personnels, mais que dire ? William était en colère, et lui aussi. Deux hommes énervés et impulsifs faisaient rarement bon ménage dans la même pièce. Mais le shérif n'avait aucune envie de se battre avec lui, ni même se disputer. Frakie lui avait donné conscience de sa négligence envers ce couple – qui n'en n'était plus vraiment un – d'amis. « Je suis navré, je n'ai appris pour votre séparation que tout à l'heure. Si j'avais su, au moment où je formais les équipes, j'aurais fait autrement. J'aurais essayé de trouver autre chose, crois moi … » Il s'accouda à son bureau. Ezra était vraiment désolé. Il n'aurait pas vraiment eu plus de choix si il avait su. Mais à présent il était trop tard. « Comment peux-tu croire que ça m'amuse ? » C'était blessant de se dire que William n'ait pu penser ne serait-ce qu'une seconde que cette situation ait pu procurer quelconque forme de divertissement en lui. Certes Ezra n'avait jamais été marié et n'avait jamais eu de relation aussi longue, mais il avait beaucoup souffert de sa séparation avec Dakota, bien plus qu'il ne l'aurait voulu. Alors il imaginait aisément ce que pouvaient ressentir Frankie et William, qui étaient en plus obligés de travailler ensemble. Mais Ezra les avait mis en garde à plusieurs reprises, ils savaient ce qu'ils risquaient en continuant à travailler au même endroit malgré leur relation. Ils savaient ce qu'il en coûterait si ils venaient à se séparer … Et ce n'était absolument pas la faute d'Ezra, qui faisait ce qu'il pouvait pour mener toutes ses équipes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: shot us down (ezra&will)   Lun 7 Juil - 18:23

    Will était énervé, il avait besoin de passer ses nerfs sur quelqu’un, autre que sur Fran qui avait déjà fait les frais de sa mauvaise humeur toute la journée, et il semblait que c’était Ezra qui allait être l’heureux élu. Will ne comprenait pas comment son ami – mais en cet instant le terme ami semblait remis en question – avait pu avoir cette idée, et lui imposer de travailler avec Fran. Il voulait des explications, il voulait un changement de situation, et il n’avait pas pris de pincettes pour le faire savoir à son supérieur. « D'abord, je te prierais de ne pas t'adresser à moi de la sorte. » Will fixa Ezra sans rien répondre, la colère bouillonnant toujours en lui, tandis qu’il semblait peser le pour et le contre de lui répondre vertement … Mais il prit une profonde inspiration et prit le parti de taire tout ce qui pouvait lui passer à l’esprit, ce qui était la chose la plus sage qu’il puisse faire actuellement. S’il sortait de ce bureau pour pointer au chômage, il préférait encore que ce soit parce qu’il avait démissionné plutôt que parce qu’il avait été viré. Il se laissa tomber lourdement sur la chaise que lui désignait Ezra, son visage fermé exprimant tout haut ce qu’il pensait tout bas. « J'ai l'impression de servir de thérapeute conjugal, aujourd'hui ! On n'est pas une agence matrimoniale ici, vous me gonflez sérieusement, tous les deux. » Will haussa un sourcil, à peine surpris que Fran l’ait devancé dans sa réclamation. Elle avait beau dire que c’était lui qui faisait des enfantillages, elle s’était encore plus dépêchée que lui pour venir se plaindre … « T’inquiète pas, on ne te demandera pas de nous marier. » Grogna Will, n’appréciant pas vraiment qu’Ezra parle d’eux comme s’ils étaient encore un couple. Ils avaient dépassé de loin le stade du thérapeute conjugal, et ne parlons même pas de l’agence matrimoniale. Mais Ezra aurait du s’y attendre, quand il avait pris la décision de remanier ainsi les équipes. Il s’exposait à des scènes de ce genre et Will ne se sentait pas une seconde désolé pour lui. « Frankie est venue me voir en début d'après-midi pour la même raison et je te répondrai la même chose qu'à elle : pour l'instant, nous n'avons aucun choix. Nous sommes en sous-effectif, et avec l'été qui arrive et la recrudescence habituelle de violence, je suis obligé de vous laisser par équipe. Or toutes les équipes ont été formées de façon stratégique, en fonction des quartiers que vous connaissez et avez l'habitude de fréquenter ou vos capacités particulières. » C’était exactement la réponse pleine de sens que Will n’était pas venu pour entendre. Dans le fond, il avait su dès le début que c’était la véritable raison de cette réunion, parce qu’à un moment, ils auraient pu bosser ensemble et former une équipe du tonnerre. Fran et lui avaient eu la même motivation en entrant ici, c’était d’ailleurs elle qui l’avait convaincu d’entrer à l’académie de police, et dans leurs premières années de travail, il aurait été plus que ravi de bosser avec elle. Mais maintenant ? C’était l’enfer, il n’y avait pas d’autre mot. Et ça n’expliquait toujours pas pourquoi Ezra aurait pris le risque de faire imploser leur équipe en les joignant malgré leur divorce. « Je suis navré, je n'ai appris pour votre séparation que tout à l'heure. Si j'avais su, au moment où je formais les équipes, j'aurais fait autrement. J'aurais essayé de trouver autre chose, crois moi …» Bon, ça, c’était une explication complète. Qui atterra Will. Il regarda soudain d’une toute nouvelle façon la décision de son ami. Il se passa les mains sur le visage en soupirant : d’un coup, il voyait son avenir dans cette caserne d’une façon très très pessimiste. « Tu … ne savais pas ? » C’était absurde, presque drôle à vrai dire. Comment Ezra avait-il pu passer à côté de ça, alors que tout le monde semblait être au courant, grâce aux commères des bureaux ? Mais ils avaient passé très peu de temps ensemble ces derniers mois, réalisa-t-il soudain : l’un trop pris par son divorce, et l’autre par son travail … Qui avait le blâme là-dedans ? Will ne parvenait même plus à juger Ezra complètement coupable. « J’aurais du venir te l’annoncer officiellement il y a des mois, c’est ça ? » Grommela Will. Ca aurait évité bien des problèmes, visiblement. « Comment peux-tu croire que ça m'amuse ? » Will haussa les épaules, sentant bien qu’Ezra n’avait pas apprécié le peu de foi de son ami. Et il pouvait le comprendre, mais il n’avait pas d’explication rationnelle, encore moins d’excuses à donner. « Je croyais que tu étais au courant ! A quoi d’autre est-ce que j’aurais pu penser, quand j’ai appris que tu voulais que je bosse avec la femme avec qui je viens de divorcer et qui me déteste autant que je la déteste ? » Il secoua la tête, le désespoir s’affichant clairement sur son visage. « Je suis désolé d’avoir pensé que tu pouvais être capable de faire ça, mais ça m’empêche de dormir depuis une semaine et j’étais pas en état de penser à quoi que ce soit d’autre. » Sa colère était finalement tombée, mais ce qui l’avait remplacée n’était pas franchement plus agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: shot us down (ezra&will)   

Revenir en haut Aller en bas
 

shot us down (ezra&will)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» One Shot Warhammer V.2
» [One Shot] Test de Manga no Densetsu
» Slap-shot... non... GOON!!!!!!!
» [terminé] Aria et Ezra: ils passent aux choses sérieuses !
» [terminé] Ezra et Aria: Choc émotionnel.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AROUND THE BONFIRE :: ... And for memory :: Les rps-