AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
n'hésitez pas à nous soutenir en cliquant sur le top-site ou en laissant un petit mot sur bazzart.
le forum ouvre de nouveau ses portes ! n'hésitez pas à nous rejoindre, plein de scénarios sont à votre disposition.

Partagez | .
 

 + cry me a river.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: + cry me a river.    Mer 23 Juil - 17:12


✰✰✰
How do you feel
I'm lonely
What do you think
Can't take it all
Whatcha gonna do
Gonna live my life.

need you tonight ~ INXS.


NEENA ROSIE OXBURRY


≈ surnom: Les gens m'appellent simplement Neena... Enfin... à part ma famille qui m'appelle Nana... tout ça pour la simple et bonne raison que lorsque j'étais toute petite, je n'arrivais pas à dire Neena, alors je disais Nana. C'est resté. ≈ age: Je suis actuellement âgée de 22 ans et si vous voulez tout savoir, je suis née un certain vingt-cinq avril de l'année 1992. ≈ études/métier: Je suis infirmière. Ça a un peu été une évidence pour moi, de me diriger vers le milieu médical. Je me savais trop impatiente d'entrer dans la vie active pour entreprendre des études de médecine, du coup, j'ai choisi de devenir infirmière. ≈ statut civil: Je suis célibataire depuis quelques années et ça semble très bien comme ça. ≈ lieu de naissance: Je suis née et j'ai grandi ici, à Lewisburg. ≈ nationalité: Je suis américaine de naissance et j'ai également la nationalité anglaise pour la simple et bonne raison que ma mère l'est. ≈ orientation sexuelle: Je suis hétérosexuelle... j'crois que je n'ai jamais vraiment douté de mes penchants sexuels.  ≈ depuis combien de temps vis-tu à lewisburg ? Depuis toujours, c'est ici que je suis née. ≈ famille: Ma maman était tout juste arrivée aux USA lorsqu'elle a rencontré mon père. Ce dernier était encore interne en médecine à l'époque et ils n'ont pas mis bien longtemps pour se marier. J'ai une grande sœur, Avalon, maman d'une petite Lexie, âgée de cinq ans... ≈ quel genre de voisin es-tu ? Je suis assez calme comme fille. Je ne regarde que très peu la télévision et n'organise pas de fêtes dans mon appartement... De toute façon, je travaille tellement que je n'y suis que pour dormir. ≈ statut social: Ni riche, ni pauvre, mon simple salaire d’infirmière me permet de subvenir à mes besoins... et ceux de mon chat. ≈ aspirations de vie: Je ne sais pas trop. J'aimerais bien trouver un mec bien, avec qui construire quelque chose, mais je sais que j'ai encore le temps. Sinon, mon métier prend une grande place dans ma vie, donc je dirais que mon aspiration serait plus du côté de mon travail et des évolutions possibles dans ce domaine là. ≈ qualités et défauts: Je suis assez calme comme fille, il parait. J'ai toujours été un peu solitaire, même si j'ai des amis et il m'arrive de faire quelques folies avec eux. Je peux paraître pudique et un peu trop introvertie, mais parler de moi ou de ce que je ressens n'a jamais été quelque chose que j'aime faire. Il me semble que je suis plutôt intelligente, sans pourtant être une surdouée, j'essaie de vivre avec mon temps, me renseigner sur ce qu'il se passe dans le monde. Ma curiosité est très certainement mon plus grand défaut... même si d'après ma sœur, c'est surement le fait que je sois trop "coincée" (ceux sont ses mots). Disons que je me fonds facilement dans la masse et même si ma vie peut paraître monotone et ennuyeuse, ça a un côté rassurant.  ≈ le massacre du jeudi 18 avril 1996: Je n'étais encore qu'une enfant lorsque ça s'est passé. Ma sœur avait quelques copines qui ont été vraiment traumatisées par ce drame... mais à vrai dire j'étais trop jeune pour réellement réaliser ce qu'il se passait. Certes, c'est un vrai drame et c'est horrible, mais il faut aller de l'avant. ≈ groupe: A NEW LIFE. ≈ avatar: Willa Holland. ≈ crédits: tumblr.

✰  we're all pretty bizarre, that's all.
+ Neena possède un chat, vieux de quatre ans. Il s'appelle Ricky Martin, en hommage au chanteur que Neena adulait lorsqu'elle était petite. Imaginez-vous son désarroi lorsqu'il a fait son coming out !

+ Neena vit une vie saine et organisée. Elle boit un peu de café, mais n'en abuse pas. Elle ne fume pas et fait du sport. Il lui arrive de boire de l'alcool en soirée, mais c'est assez rare. C'est une fille sage.

+ Elle adore lire et possède une assez grande bibliothèque, dans son petit appartement. C'est son grand-père paternel qui lui a transmis sa passion pour les livres.

+ Elle a perdu sa virginité à dix-huit ans, avec un jeune homme qu'elle fréquentait depuis de courtes semaines. Elle l'aimait vraiment et n'a pas vraiment réfléchi, trop heureuse qu'un garçon s'intéresse à elle. Le lendemain, il l'a quitté pour s'intéresser à une autre. Depuis, elle n'est sortie avec aucun garçon.

+ C'est une fille assez solitaire, qui aime passer du temps seule chez elle avec son chat... Cependant, elle possède un groupe d'amis qu'elle adore et qui la font un peu sortir de sa coquille.

+ Elle n'est pas spécialement bonne cuisinière, même si elle peut se débrouiller. Cependant, ne lui demandez pas de cuisiner quelque chose de trop élaboré, elle risque de foutre le feu à la cuisine.

+ Plus jeune, elle était un peu en surpoids. Pas au point de mettre sa santé en danger, mais elle n'était pas dans les "normes". A l'école, on se moquait beaucoup d'elle à ce propos.

+ Parler d'elle n'est pas son sujet de discussion favori. Sa vie lui semble si dénuée de sens qu'elle ne voit pas l'intérêt d'en parler. Elle préfère largement écouter les autres.

+ Elle a une peur folle de la vitesse. Cela explique un peu le fait qu'elle n'ait pas son permis de conduire. Elle se cache derrières des excuses plus ou moins valables, mais la vérité est telle que conduire lui fait peur.

+ Elle est assez proche de sa famille et rend visite à ses parents régulièrement. De plus, elle voue un culte à sa nièce, qu'elle garde souvent, lorsque son métier le lui permet.


prénom/pseudo: hook me up/déborah. âge: 21 ans.  où as-tu connu LIA: sur bazzart, je crois.  fréquence de connexion: 5/7. c'est votre dernier mot ? oui jean-pierre !


Code:
<pris>◈ Willa Holland</pris> - [i]Neena Oxburry[/i]


Dernière édition par Neena Oxburry le Jeu 24 Juil - 2:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Mer 23 Juil - 17:12

✰ sweetie, you couldn't ignore me if you tried.


✰✰✰
Author of the moment, can you tell me, do I end up, do I end up happy ?
Happily Ever After ~ HE IS WE.


CHAPITRE I
Du plus loin que je m'en souvienne, j'ai toujours été une fille assez sage. Même durant la dure période de l'adolescence, il était rare que mes parents soient en colère contre moi. Jamais je n'ai consommé de drogues. Je ne suis jamais rentrée chez mes parents, l'esprit trop embrumé par l'alcool pour réussir à marcher droit. J'avais de bonnes notes à l'école, des amis sur qui compter, une famille aimante. Pourquoi, diable, aurais-je mal tourné ? Déjà bébé, d'après les dires de ma mère, j'étais calme et ne pleurais que rarement. En grandissant, j'ai gardé ce côté calme et posé... Alors, lorsqu'il est entré dans ma vie, il a tout bousculé sur son chemin, me faisant presque douter de qui j'étais.

C'était un mardi matin. Il était très tôt. J'étais de service de nuit cette semaine là. Etant nouvelle à l'hôpital, je n'avais pas vraiment le choix concernant mes horaires et de toute façon, cela m'importait peu. J'étais jeune, je n'avais pas d'enfants et le seul être dépendant de moi était mon chat, Ricky. Alors peu importait si j'étais en décalage avec les autres. Travailler de nuit avait un charme que je semblais être la seule à percevoir.
J'étais en pleine pause, sirotant tranquillement mon café presque froid, lorsque mon père était entré dans la salle. "Neena, on a besoin de toi à la 304.". Travailler avec mon père était assez étrange. Je l'avais toujours connu comme un père attentionné et aimant, mais une fois les portes de l'hôpital passées, il se révélait être un tout autre homme. Chef du service de neurologie, c'était un homme brillant et respecté ici. Il portait constamment ce masque de froideur qui me faisait presque peur, mais je ne pouvais que le comprendre. Ici, j'étais une infirmière. Je ne voulais pas de traitement de faveurs. Alors, il me traitait comme les autres. "Très bien.". J'avais alors abandonné ma boisson, pour parcourir les longs couloirs immaculés de l'hôpital et me rendre à la chambre demandée. La 304. Un numéro banal, me direz-vous... Et pourtant, ce nombre allait me marquer à jamais. "Ah, vous voilà enfin !". Le docteur Brien était là, un dossier dans une main, stylo dans l'autre. Au milieu de la pièce était étendu un patient, les yeux clos, son corps relié à toutes sortes de machines. Son rythme cardiaque était stable et pourtant, son visage meurtri laissait percevoir la douleur qu'il devait ressentir. "Voici Elliot Stark. Il a été admis aux urgences hier, en début de soirée. Son état est stable pour l'instant. Voici son dossier médical.". J'attrapais le dossier à couverture marron et relevais mon regard sur le docteur. "Etant donné que vous êtes de service ce soir et nouvelle ici, vous êtes la moins indispensable du groupe, alors je vais vous demander de rester auprès de lui jusqu'à la fin de votre service. S'il se réveille, appuyez sur le bouton rouge pour nous prévenir. Si son état se dégrade, faites-en de même... En gros, veillez sur lui... Ce n'est pas trop compliqué ?". Je détestais cette manière qu'il avait de me prendre de haut. Cet homme était très certainement le plus imbus de sa personne que j'avais rencontré de ma vie... mais n'étant qu'une jeune infirmière, je n'avais aucun argument pour oser le remettre à sa place. Alors, après avoir plissé les lèvres, j'abdiquais. "Non, ça devrait aller.". Il hocha doucement la tête avant de sortir de la pièce, fermant la porte derrière lui. Je soupirais, m'installant sur un fauteuil, non loin du patient encore endormi. J'en profitais pour parcourir son dossier médical.
Elliot Stark
22 ans
accident de voiture

Rien de bien exceptionnel. Des patients de la sorte, on en trouvait des masses dans les couloirs de l'hôpital. Se retrouver ici suite à un accident de la route n'était en rien extraordinaire et c'était bien une des raisons pour lesquelles j'avais toujours refusé de passer mon permis de conduire. Bien sûr, je savais que c'était un peu stupide comme raison, alors je me cachais derrière des raisons diverses, du genre : "je veux le payer moi-même et pour l'instant, ce n'est pas la priorité", mais au fond, la vitesse m'avait toujours fait un peu peur. Encore plus si c'était mes mains accrochées au volant d'une voiture.
aucune trace d'alcool dans le sang
personne à contacter : /

Je fronçais les sourcils après avoir lu cette dernière ligne. Il n'avait personne à contacter en cas de problème ? Ce mec devait être un sacré connard pour ne pas avoir, ne serait-ce qu'un ami, pour se soucier de lui ! Ne juge pas trop vite, me rappela ma conscience. Et elle avait raison. Juger était mal et je ne connaissais pas ce garçon, pas le moins du monde même. Je me décidais alors à fermer le maigre dossier médical, avant de poser mon regard sur le corps étendu face à moi. Il semblait assez grand, ses pieds touchaient presque les barreaux du lit. Ses cheveux étaient bouclés, d'une couleur assez quelconque. Son visage était parsemé de tâches violettes ici et là, témoignant de la violence du choc qu'il avait vécu la veille. Ses traits étaient fins, ses lèvres pâles et son teint était presque trop blanc pour admettre qu'il était bel et bien vivant. Ses yeux clos étaient jonchés de longs cils foncés, me faisant me questionner sur la couleur de ses yeux. Étaient-ils marrons ? Bleus ? Ou alors verts ? J'avais toujours eu un faible pour les yeux verts... Qu'est-ce que tu racontes ? me demandais-je en secouant vivement la tête. Travailler de nuit me faisait franchement poser de drôles de questions !
M'ennuyant à mourir, j'étais sur le point de sortir mon téléphone portable de la poche de mon jean, lorsqu'un gémissement me fit brusquement relever la tête. Ça avait été bas, si bas que je me demandais s'il avait été réel ou si je l'avais simplement imaginé... mais lorsque les sourcils du patient se froncèrent, je compris qu'il était sur le point de se réveiller... et à en voir les traits tirés de son visage, il devait avoir mal. Je me relevais immédiatement de mon siège, m'approchant de lui, avant de chercher du bout des doigts le fameux bouton rouge, sur lequel j'appuyais rapidement. Un autre gémissement de douleur se fit entendre et je me penchais vers le jeune homme... mon regard rencontrant rapidement deux iris vertes. Comme un réflexe, il tenta de se relever, mais mes deux mains posées sur ses épaules musclées le freinèrent dans son élan. "Doucement, vous risquez de vous faire mal...", lançais-je pas trop fort, pour ne pas agresser son ouïe dès le réveil. Il semblait un peu perdu et rapidement une autre grimace de douleur dessina ses traits. "Où... où suis-je ?", demanda-t-il difficilement, sa gorge très certainement trop sèche pour qu'il puisse communiquer sans problèmes. Immédiatement, je me ruais dans la petite salle de bain rattachée à la chambre, revenant à la hâte, un verre dans dans les mains. "A l'hôpital, vous avez eu un accident de voiture...". Ma main libre se posa derrière sa tête, l'aidant à se relever un peu pour boire une bonne gorgée d'eau. Il déglutit difficilement, avant de se rallonger, soupirant longuement. "J'suis mort et vous êtes un ange, c'est ça ?". J'ouvrais de grands yeux, surprise, mais n'eus pas le temps de répondre que le docteur Brien entra dans la pièce, une horde d'infirmières et d'internes derrière ses talons et je me décalais, leur laissant la place.



✰✰✰
What's somebody like you, doing in a place like this ?
If we ever meet again ~ KATY PERRY FEAT. TIMBALAND.


CHAPITRE II
Le lendemain matin, j'étais allongée dans mon lit, bien décidée à faire la grasse matinée. C'était ma journée de libre et pourtant, les horaires de nuit avaient eu raison de mon sommeil. J'étais complètement décalée, impossible de fermer les yeux et continuer ma nuit. Le soleil n'était même pas encore levé et je tentais à plusieurs reprises de fermer les yeux pour que le sommeil m'emporte une bonne fois pour toute. Pourtant, cela semblait être trop compliqué et Ricky, mon chat, dut s'en apercevoir puisque rapidement, je sentis la chaleur de son corps se glisser contre moi. Je souriais, le serrant dans mes bras avant que la sonnerie de mon téléphone portable ne brise cet instant de quiétude. Je fronçais les sourcils, surprise que quelqu'un m'appelle à une heure aussi matinale et me décidais à attraper mon cellulaire, posé sur la table de chevet à ma droite. "Allô ?", lançais-je en portant l'appareil à mon oreille sans même regarder le numéro sur l'écran. De toute façon, mes pupilles s'étaient adaptées au noir de la pièce et la luminosité de mon écran agressait beaucoup trop mes yeux pour que je m'y attarde trop longtemps. "Neena,", résonna alors la voix de mon père. Sa voix était parfaitement claire, m'indiquant qu'il était très certainement de service de nuit ce jour là. "Il faut que tu viennes à l'hôpital, on a besoin de toi.". Je fronçais les sourcils, me relevant de mon lit, pour finir assise à même le matelas, Ricky semblant trouver la position trop inconfortable pour rester auprès de moi. "Quoi ? Mais pourquoi ?". C'était mon jour off, j'étais sensée me reposer et passer la journée à ne rien faire. Ce n'était pas très intéressant en soi, mais j'en avais besoin. De plus, au travail, tout le monde semblait me prendre de haut, me rappelant constamment à quel point je pouvais être inutile... Alors en quoi pouvais-je être utile ? "Il y a ce patient... tu sais celui que Brien t'as demandé de surveiller hier... Il donne pas mal de fil à retordre aux autres infirmières. Je ne sais pas ce que tu lui as fait, mais il te demande.". Je soupirais, ne comprenant pas vraiment. Bien sûr, je me souvenais de ce patient, je l'avais longuement observé dormir et son réveil avait été un peu brutal. Ses mots restaient gravés en moi et ça avait partiellement été la raison de ma difficulté à m'endormir. "J'suis mort et vous êtes un ange, c'est ça ?". Cette façon qu'il avait eu de me dire ça. Cette manière qu'il avait eu de me regarder... Jamais personne ne m'avait regardé de la sorte. Bien sûr, je mettais cela sur le compte de son réveil brutal et douloureux, mais... sans vraiment savoir pourquoi, cela m'avait chamboulé. "Bon, d'accord... le temps de m'habiller et j'arrive...". Je n'étais pas vraiment sûre de l'heure et surtout, du fait qu'il y ait des transports en commun de disponible aussi tôt, mais peu importait. Mon père avait beau être médecin et avoir une certaine influence dans l'hôpital où je travaillais, je n'en demeurais qu'une simple infirmière qui devait faire ses preuves pour se creuser une petite place. Je devais me faire respecter et si pour cela, il fallait que je me rende au travail à deux heures du matin, et bien je le ferai. "Très bien.", fut sa seule réponse et il raccrocha, me faisant lâcher mon téléphone. L'heure y était désormais parfaitement visible et j'apprenais avec surprise qu'il était cinq heures du matin. Je soufflais une nouvelle fois, me relevant des draps chauds de mon lit et fonçais dans la salle de bain pour faire un brin de toilette.

Il faisait froid ce jour là, alors, une fois les portes de l'hôpital passées, je soufflais un bon coup. Après un bref passage par les casiers, je parcourais les longs couloirs de l'hôpital à la recherche de la chambre 304. "Ah, Oxburry, vous voilà !". Brien. Il portait son affreuse paire de lunettes, menaçant de tomber de son long nez pointu. Il semblait un peu fatigué et encore plus froid que d'ordinaire. Mieux valait donc faire bref. "Vous êtes de corvée du 304. Jusqu'à nouvel ordre.". Je grimaçais alors qu'il tournait les talons, me laissant seule dans le long couloir silencieux. De corvée ? Il parlait du patient comme si c'était une mauvaise tâche à éliminer. C'était... inhumain et affligeant, mais je gardais mes remarques secrètes, ne voulant pas me faire remarquer plus que nécessaire. Une fois la porte de la 304 passée, mon regard tombait sur une infirmière, une cuillère dans la main, les joues rouges de colère. "Il faut vous nourrir, alors, pour la quatre-centième fois, ouvrez la bouche !". Elle semblait épuisée et ses cheveux étaient en bataille, surement à force de passer ses mains dedans, comme pour contenir sa colère. Mon regard dévia alors sur le patient, assis sur son lit, le teint coloré et les yeux pétillant. Il avait bien changé depuis la veille... il semblait un peu mieux et les hématomes sur son visage tournaient au jaune, ce qui était bon signe. "C'est pas bon !", lança-t-il, comme un gosse de sept ans. Je fis alors un bon pas en avant, annonçant silencieusement ma venue. L'infirmière sembla soulagée par mon intrusion alors que le patient me sembla... heureux ? Il se mit à sourire, dévoilant de belles dents blanches parfaitement alignées et deux petites fossettes sur ses joues. "Merci mon Dieu !", souffla ma collègue, posant la cuillère sur le plateau devant le patient et s'éloignant immédiatement de ce dernier. "Il refuse de manger et je commençais à désespérer de ta venue !". Je fronçais les sourcils, ne comprenant pas vraiment. Cindy était une bonne infirmière, en service depuis quelques années déjà. Elle était douce et assez gentille... Sans oublier le fait qu'elle était plutôt jolie. La plupart des patients étaient heureux de croiser sa route et il n'était pas rare que ces derniers reviennent pour lui offrir des fleurs en guise de remerciement. Jamais je ne l'avais vu dans un tel état. "Et bien... me voilà...", lançais-je sans réelle conviction, un peu perdue. Elle était désormais plantée devant moi, dos à ce patient qui semblait lui en avoir fait voir de toutes les couleurs. "Depuis son réveil, il n'arrête pas à demander à ce que ce soit toi qui t'occupes de lui... Me demande pas pourquoi, mais en tous cas, ce gars est sacrément têtu !". Elle restait fidèle à elle-même, pas un mot ne dépassant l'autre, mais je la sentais vraiment mal. Ça me fit un peu de peine, je dois bien l'avouer. "Bon courage.", me souffla-t-elle avant de quitter la salle à la hâte.
Je restais un instant abasourdie, plantée sur mes deux pieds alors que mon regard finissait par se poser sur le jeune homme en face de moi, sourire aux lèvres alors que ses yeux me scrutaient sans ciller. "Salut !", finissait-il par dire me sortant brusquement de ma transe. Je m'approchais alors du bord du lit, attrapant le dossier médical qui y était fixé. Je parcourais des yeux la feuille devant moi, sans vraiment y faire attention. J'avais déjà lu ce dossier. Et j'ignorais pourquoi je le scrutais maintenant... très certainement pour me donner un genre... ce qui semblait vraiment stupide. "Elliot Stark...", commençais-je mes yeux toujours fixés sur le papier... Bien sûr, je connaissais déjà son nom, mais je préférais garder une certaine distance. Je soufflais, reposant le dossier à sa place et contournais le lit pour venir m'installer sur le bord, attrapant la cuillère délaissée par Cindy. "Ecoutez, je sais que ce n'est pas super bon... mais il faut vous nourrir...". J'osais pour la toute première fois relever mon regard sur le visage presque angélique du patient et constatais avec une certaine gêne que ses yeux me fixaient toujours. Il souriait comme un idiot et je me risquais à jeter un coup d’œil à la perfusion à ma gauche. Non, il n'était pas sous morphine, aucune substance n'altérait son comportement... Alors pourquoi souriait-il ainsi ? "D'accord...", souffla-t-il, et je plongeais la cuillère dans le yaourt à la vanille posé sur le plateau. J'apportais doucement la cuillère vers son visage et il ouvrit la bouche. "Je ne sais pas ce que tu as fait, mais c'est tout de suite meilleur !". Je fronçais les sourcils, surprise. Me draguait-il ? Non. Ou alors peut-être que si ? En tous les cas, il semblait parfaitement à l'aise et l'image du jeune homme perdu et tout juste réveillé que j'avais alors en tête disparue bien rapidement.

"Tu t'appelles comment ?". A vrai dire, veiller sur un patient n'était pas très passionnant. J'avais plus l'impression de faire du baby sitting qu'autre chose. Après avoir fini son petit-déjeuner, Elliot était parti avec un infirmier faire sa toilette. Il m'avait bien proposé de venir le laver moi-même, mais j'avais refusé, un peu mal à l'aise à l'idée de le voir nu. Bien sûr, ça faisait parti de mon travail et j'avais déjà lavé par mal de patients... mais avec lui, c'était différent. Et de toute façon, la politique de l'hôpital voulait que les hommes soient lavés par les hommes et les femmes par les femmes... Allez savoir pourquoi. Suite à sa toilette, Elliot s'était endormi, pour se réveiller quelques heures plus tard, alors que je feuilletais un magasine qui traînait par là. "Je ne suis pas sûre que ça vous soit très utile de savoir mon prénom...", lançais-je alors, relevant brièvement mon regard du magasine. Il se mit à sourire, une nouvelle fois, grimaçant rapidement de douleur par la suite. Son visage était encore bien amoché et je n'osais imaginer les dégâts sur son corps. Il avait un bras de cassé et un genoux bien amoché également. Rien de bien grave en soi, mais il se devait de rester à l'hôpital quelques temps. "Tu connais mon prénom et j'ignore le tiens... c'est injuste...". La petite moue qui suivit suffit à me faire rire et je soufflais, posant le magasine sur la tablette à ma droite pour m'enfoncer un peu plus dans mon siège, abdiquant. "Neena... j'm'appelle Neena...". Sympathiser avec un patient n'était pas quelque chose de très bien vu ici, mais on m'avait demandé de veiller sur ce patient là... lui et personne d'autre, autant rendre la tâche moins ennuyante en faisant connaissance, non ? "Neena...", répéta-t-il, pensif. "C'est joli...". Je levais les yeux au ciel. Ce garçon était un charmeur né et je devinais sans mal qu'il devait jouer ce petit numéro à toutes les jolies filles qu'il devait croiser. Il était plutôt mignon, il fallait bien l'avouer. Pas de doutes quant au fait que les filles devaient faire la queue pour s'accorder ses faveurs. "T'as quel âge ?". Je soufflais une nouvelle fois, jouant avec la manche droite de mon uniforme. "Vous êtes trop curieux...". Il se mit de nouveau à sourire, me fixant toujours. C'était assez gênant, je dois bien l'avouer. Je n'avais jamais été de ce genre de fille que l'on remarque. Non, moi, j'ai toujours eu un don pour me fondre dans la foule. "On joue au jeu des vingt questions ?". Je haussais les sourcils, surprise, étouffant un rire presque moqueur. "Vous avez quel âge ? Dix ans ?". Je me souvenais de ces soirées pyjamas avec mes copines de l'époque, à jouer à ce jeu, avant qu'une des mamans débarque pour nous dire d'aller au lit. Ça devait bien faire une bonne dizaine d'années que je n'y avais pas jouer. "Roh allez fais pas ta rabat-joie ! Ça peut être marrant et puis de toute façon, y a rien d'autre à faire !". Je soupirais une nouvelle fois, abandonnant, un sourire se dessinant tout de même au bord de mes lèvres. "Très bien... vous commencez alors...".  



✰✰✰
A little gambling is fun when you're with me, I love it !
Poker face ~ LADY GAGA.


CHAPITRE III
Cela faisait une bonne semaine que je m'occupais d'Elliot. A vrai dire, c'était vraiment plaisant. En une semaine, on avait eu le temps de faire connaissance, apprendre à nous connaitre et nous apprécier. Elliot était un jeune homme assez marrant, qui ne semblait pas vraiment porter une grande importance aux choses matérielles. Rien ne semblait vraiment l'atteindre et il était d'un optimisme que j'admirais presque. Il m'avait dit être garagiste. Il avait obtenu son diplôme de fin de secondaire et après quoi, ne voulant pas continuer ses études, il avait pris contact avec un vieil ami de son père pour travailler dans son garage. Elliot était doué, à ce qu'il disait. Les moteurs n'avaient aucuns secrets pour lui et il semblait passionné par son travail. Je pouvais rester des heures, assise sur le vieux fauteuil à côté de son lit, à l'écouter me raconter ses journées au garage. C'était un jeune homme plein de surprise, mais également avec une part de mystère. Il ne parlait que très peu de sa famille. J'avais plus ou moins compris qu'il n'avait pas trop de contacts avec eux. En tous les cas, c'est ce que j'en avais déduit. Malgré sa joie de vivre et son charme naturel, Elliot avait également une part d'ombre, un côté solitaire dans lequel je me reconnaissais un peu. Cela expliquait plus ou moins le manque de renseignement dans son dossier médical quant aux personnes à joindre en cas de problème. La vérité était-elle qu'il ne voulait déranger personne. "A quoi bon inquiéter les gens ?", m'avait-il alors dit un soir, quelques minutes avant que mon service soit terminé.
La vie à l'hôpital semblait un peu plus simple, les autres infirmières semblant me respecter par rapport au fait que j'étais la seule avec qui Elliot était véritablement gentil. Sans vraiment savoir pourquoi, il m'avait choisi... et ça faisait du bien de sortir du lot, pour une fois.
"Non !", criais-je hilare, alors que des larmes perlaient aux coins de mes yeux à force de rire. "J'peux pas croire que tu ais fait ça !!!". Elliot était aussi amusé que moi et son rire mélodique se mélangeait parfaitement au mien, beaucoup moins mignon, d'après moi. En quelques jours, nous avions vraiment appris à nous connaitre et je me sentais étrangement proche de ce jeune homme qui m'était pourtant complètement inconnu quelques jours auparavant. Son visage n'était plus marqué par les bleus et son bras allait beaucoup mieux. Son départ de l'hôpital n'allait pas être tardif et au fond, cela m'inquiétait un peu. Égoïste, me souffla ma conscience. L'idée qu'il parte me serrait inexplicablement le cœur. En quelques jours, je m'étais attachée à cet étrange patient. J'avais pris pour habitude de partager mon muffin au chocolat avec lui le matin, le forcer à boire son café sans sucre ou encore à rire à ses blagues débiles. Je m'étais habituée à ses tentatives d'approche, à ses critiques lorsqu'on regardait les feux de l'amour ou cette manière qu'il avait de plisser les lèvres lorsqu'on jouait aux cartes. J'aimais cette façon qu'il avait de me fixer lorsque je vérifiais ses perfusions ou cet air ahuri qu'il prenait lorsqu'il voulait que je fasse un truc pour lui. Je m'étais attachée à lui et le savoir prêt à partir me faisait peur, parce qu'une fois sorti de l'hôpital, il était probable qu'il m'oublie et que ma vie redevienne aussi monotone qu'avant. La vérité était là. En quelques jours, Elliot avait redonné du soleil dans ma vie... et je n'étais pas prête à laisser cela partir.

Nous étions encore en train de rire à l'anecdote d'Elliot, lorsque la porte de la chambre s'ouvrit sur un grand monsieur, au front dégarni et au regard si noir qu'il faisait presque peur. "J'vois que tu vas mieux. C'est bien.". Mon regard se posa immédiatement sur Elliot et son sourire avait tout de suite disparu de ses fines lèvres. "James.". Sa mine était beaucoup moins joyeuse et son regard s'était noirci. Je me levais alors du fauteuil, attrapant le verre vide d'Elliot pour me rendre dans la petite salle de bain et le remplir avec de l'eau. "Tu sors quand ?". Cet homme était vraiment étrange, mais je me taisais, de dos aux deux hommes. "Demain.". Je réprimais un sursaut d'effroi. Demain ? Je n'étais pas au courant et ça me semblait si... prématuré ! "Tu seras prêt ?". Je fronçais les sourcils, ne comprenant pas un mot de cette conversation. Prêt ? Prêt à quoi ? "Je sais pas James... j'ai eu un accident de voiture, nom de Dieu !". Jamais je n'avais perçu ce ton dans la voix d'Elliot. De la colère. Sa voix était plus grave et agressive. J'en avais des frissons. "Ecoute gamin... t'as été absent une semaine. Le public te demande. Chaque jour qui passe sans que tu sois sur le devant de la scène me fait perdre du pognon... et tu sais à quel point je déteste ça, perdre de l'argent !". Son ton était encore plus dur que celui qu'avait employé Elliot. Cet homme me faisait décidément très peur. J'entendis Elliot soupirer. "Très bien... je serai prêt.". Satisfait, l'homme tourna alors les talons après une brève salutation, et sortit de la pièce. Je me décidais à tourner les talons à mon tour, quittant la petite salle de bain pour m'approcher d'Elliot, posant le verre désormais rempli d'eau sur la tablette à sa droite. Son visage était fermé, la couleur de sa peau un peu plus pâle que d'ordinaire et ses lèvres étaient plissés. "Ça va ?", me risquais-je à demander. Il eut un petit sursaut et son regard se posa immédiatement sur moi, ses yeux retrouvant cet éclat que j'aimais tant. "Oui, oui ! Merci pour l'eau.". Je lui accordais un sourire avant de vérifier ses perfusions. "Tu le connais bien, ce James ?", demandais-je, mine de rien, ma curiosité prenant le dessus. C'était un vilain défaut, ma mère me le répétait sans cesse, mais c'était plus fort que moi. "Euuuh... ouais, pas mal...". Il ne semblait pas très à l'aise et sacrément pensif. Ce qui accentua ma curiosité. "Il parlait de quoi en disant que le public te demande ? T'es pas une sorte de chanteur ou je ne sais quoi ? J'me sentirais sacrément bête de pas t'avoir reconnu...". Il laissa un rire s'échapper d'entres ses lèvres et le son mélodieux de son rire me réchauffa instantanément le cœur. "Non, t'inquiète pas, j'suis pas une rock star, Neena.". Je lui sourit alors et un petit silence prit place. On se contentait de se regarder. Il était vraiment beau. Une de ces beautés non standard mais qui ne peut vous laisser de marbre... Enfin, ce moment de quiétude fut brisé par le fracas de la porte qui s'ouvrit et je sursautais à la vue de mon père, dans l'encadrement de la porte. "Neena, j'peux te parler deux minutes ?". Je plissais les lèvres, un peu inquiète, alors que je m'approchais de mon père, sortant de la chambre à sa suite. Avais-je fait quelque chose de mal ? Pas à ma connaissance. "T'as fait du bon boulot avec le petit Stark... Brien est fier de toi.". Un sourire prit immédiatement place sur mes lèvres. Pourtant, je savais que le docteur Brien était beaucoup trop distant et froid pour me féliciter. Peu importait. "Et je voulais te rappeler que demain soir c'est l'anniversaire de ta soeur, on fête ça à la maison. N'oublie pas.". Il faisait bien de me le rappeler, puisque j'avais complètement oublié. Pourtant, Alexz et moi avions toujours été très proches et ce, malgré nos années de différences. Ma grande sœur avait toujours été une sorte de modèle et la naissance de sa fille, alors qu'elle n'était qu'une adolescente, n'avait fait que nous rapprocher encore plus. "Non, j'oublierai pas.", dis-je fermement, avant que mon père ne m'offre un sourire et tourne les talons. J'en fis de même, entrant dans la chambre d'Elliot et fermant la porte derrière moi. "Tu t'es pas fait engueuler au moins ?", me demanda immédiatement Elliot, visiblement inquiet. Je lâchais un bref rire avant de m'approcher de lui. "Non, non !". Je retournais à ma place sur ce vieux fauteuil à côté du lit. "Il t'a dit quoi, alors ?". Je haussais les épaules avant de répondre. "Histoires de famille...". Elliot avait les sourcils froncés, il ne devait pas comprendre. "Le docteur Oxburry est mon père...". Immédiatement, ses yeux s'illuminèrent et il comprit. C'était fou de voir ô combien Elliot pouvait faire passer ses émotions au travers de son regard. C'était comme si ses deux iris vertes étaient les clefs de son visage. "Ça doit être cool de travailler en famille !". Je haussais de nouveau les épaules, ne sachant trop quoi répondre. Avoir mon père à portée de main était une chance, mais la plupart de mes collègues avaient connaissance de mon lien de parenté avec le grand docteur Oxburry et j'étais un peu mise à part à cause de ça. Certains pensez que j'étais ici car j'étais pistonnée, d'autres que j'étais une gosse de riche insupportable... "J'crois qu'il est un peu déçu que j'ai choisi de devenir infirmière au lieu de suivre ses pas et entreprendre des études de médecine...". J'attrapais alors le crayon qui traînait sur la tablette à côté de moi, le faisant tourner autours de mes doigts. "C'est bête en plus, parce que j'ai bien essayé de faire des études de médecine... ça a duré un mois, avant que j'abandonne et que je trouve une place dans une prépa d'infirmière...". Je gimassais, n'aimant pas trop parler de ça, mais étrangement, je me sentais un peu plus à l'aise avec Elliot. "Pourquoi t'as lâché ? ça te plaisait pas ?". Je plissais les lèvres, avant de répondre. "Si, ça va, c'était cool... C'est juste que... j'ai rencontré un garçon. Jay. On était dans la même promo et... on est sortis ensemble... J'ai couché avec lui et le lendemain, il me quittait pour sortir avec une autre... J'ai pas supporté et j'ai abandonné mes études.". Je relevais le regard vers Elliot. Il me fixait, son expression faciale m'étant indéchiffrable. Jamais je n'avais parlé de cela à quoique ce soit, honteuse d'avoir si facilement cédé ma virginité à un abruti de ce genre. "C'est bête, je te l'avais dit...". Elliot me fixait toujours, son regard ne me lâchant pas d'un centimètre... Avant qu'il ne se mette à souffler et que son visage ne s'anime de nouveau. "Quel con, il mérite qu'on lui coupe les couilles !". Et on se mit à rire. Rire. Ça semblait si facile quand Elliot était dans les parages. Et c'est à cet instant que je compris que le lendemain, il ne serait plus là. Que plus jamais nous ne vivrons ces quelques instants de bonheur. C'est à cet instant précis que je compris que j'étais tombée amoureuse de lui.


Dernière édition par Neena Oxburry le Jeu 24 Juil - 13:41, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Mer 23 Juil - 17:19

Bienvenuuuue avec la sublime Kaya  Avec en plus un superbe pseudo  
Bon courage pour ta fiche ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Mer 23 Juil - 17:20

Bienvenue parmi nous & merci de ton inscription   J'aime le nom de famille **
Par contre, Kaya est déjà tentée, donc nous choisirons la meilleure fiche entre les deux  Si tu as besoin surtout n'hésite pas !
Bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Mer 23 Juil - 17:25

Ô Kaya   J'ai l'impression que tout le monde s'inscrit avec elle en ce moment, mais bon, elle est tellement jolie   
Bienvenue ici et bon courage pour ta fiche ! Hâte de voir ce que tu vas en faire !   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Mer 23 Juil - 17:29

Oh, je ne savais pas qu'elle était tentée... à vrai dire, je n'ai jamais joué Kaya, je l'ai un peu prise en désespoir de cause, n'ayant aucune idée de quelle célébrité choisir... et puis elle colle bien à l'idée que je me fais de Neena... enfin, bref, si ça dérange vraiment, je pourrai changer...
Merci beaucoup pour votre accueil, en tous cas ♥️
ça fait toujours plaisir de se sentir la bienvenue quelque part    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Mer 23 Juil - 17:37

ça ne dérange pas, ne t'inquiète pas   Kaya est très jolie et si tu veux la tenter il n'y a aucun souci    
Après, si tu as besoin d'aide pour trouver un autre avatar, tout le monde se fera une joie de balancer des noms Surtout Helga, elle revient ce soir mais elle adore ça XD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Mer 23 Juil - 19:28

tiens, si ça peu t'aider un répertoire avec photos et filtres de celebs

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Mer 23 Juil - 20:21

bienvenue jolie neena I love you effectivement si tu as besoin d'aide n'hésite pas, j'ai toujours demilliers d'idées et si tu veux tenter kaya quand même, n'hésite pas non plus Arrow
le début de la fiche est prometteur
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Jeu 24 Juil - 0:40

J'avoue que plus j'avance dans mon histoire, plus l'image de Kaya me vient en tête... donc je pense que je vais la garder... Sinon j'avais pensé à Willa Holland (si elle n'est pas prise, faut que je passe voir dans le bottin xD ), qu'en pensez-vous ?

Merci beaucoup en tous les cas et je m'excuse par avance envers l'admin qui devra lire ma fiche, elle risque d'être longue :/

EDIT; finalement, je pense prendre Willa, comme ça, ça laisse Kaya libre pour les deux autres membres qui la tentent ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Jeu 24 Juil - 9:11

J'ai beaucoup aimé ta fiche, c'est so romantic   Je trouve la rencontre entre les deux tellement chou
Bref, je te valide, bienvenue parmi nous officiellement ! puis paraît qu'on s'connait vaguement aussi   . Si tu as encore besoin n'hésite pas à contacter le staff et en attendant, je te conseille d'aller jeter un coup d’œil ici pour t'y retrouver un peu.

Bon RP  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Jeu 24 Juil - 11:12

merci beaucouuuup ♥
ah on se connait ? (désolée j'ai une très mauvaise mémoire :/ )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: + cry me a river.    Jeu 24 Juil - 14:55

ce titre   
Willa
Bienenue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: + cry me a river.    

Revenir en haut Aller en bas
 

+ cry me a river.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Voila un grand dresseur , voila Nate River !
» This is River Song, back in her cell. Oh, and I'll take breakfast at the usual time. Thank you!
» RIVER • Au contraire de l'imaginable
» (MAI 99) ROMES • I was born by the river
» River Crow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THEN I'LL RAISE YOU LIKE A PHOENIX :: They will be born :: Welcome to Lewisburg-